Du côté de la rascasse
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.

Sporting club de Toulon
 
AccueilPortailGalerieRechercherDernières imagesS'enregistrerConnexion
Sujets similaires
Le Deal du moment : -50%
BODUM Bistro Set : Théière filtre 1 L + ...
Voir le deal
19.99 €

 

 ET À LA FIN, CE NE SONT PLUS LES ALLEMANDS QUI GAGNENT...

Aller en bas 
AuteurMessage
Dark small

Dark small


Nombre de messages : 3332
Date d'inscription : 02/02/2005

ET À LA FIN, CE NE SONT PLUS LES ALLEMANDS QUI GAGNENT... Empty
23112022
MessageET À LA FIN, CE NE SONT PLUS LES ALLEMANDS QUI GAGNENT...

On pensait l’Allemagne guérie et prête pour sa Coupe du monde, mais la Mannschaft s’est une nouvelle fois écroulée, cette fois face au Japon (1-2). Le symbole d’un géant devenu inoffensif, comme en 2018 et lors de l'Euro 2020.


Et à la fin, ce ne sont plus les Allemands qui gagnent...
En transformant son penalty à la demi-heure de jeu face au Japon, İlkay Gündoğan libérait 83 millions de compatriotes, heureux de voir l’Allemagne bien lancer sa Coupe du monde. Cette ouverture du score aura en réalité eu l’effet inverse, pour une équipe mise à terre par ses vieux démons. Entre gâchis devant le but et fragilité défensive.
Problème d’hommes
Au moment de disséquer la liste d’Hansi Flick, certains signes ne trompaient d’ailleurs pas vraiment. Habituelle composante majeure du onze national, l’ossature du Bayern Munich s’est ainsi étiolée pour cette entame de Mondial. À l’image de Serge Gnabry, Jamal Musiala et Thomas Müller, bien trop irréguliers ce mercredi, et orphelins d’un point de fixation sur le front de l’attaque (coucou Lewandowski). L’autre problématique allemande. Il faut dire que l’absence de buteur pèse sur la Mannschaft depuis près de cinq ans désormais, et la retraite du dernier Torjäger de métier, Mario Gómez. Seul candidat, mais forfait de dernière minute, Timo Werner a ainsi été contraint de laisser sa place à Niclas Füllkrug, solution de dernier recours guère reluisante pour les ambitions affichées outre-Rhin.


Tout comme Youssoufa Mukoko et Karim Adeyemi, encore bien trop frêles, au point de pousser Flick à aligner Kai Havertz dans ce fameux rôle de « faux 9 » . Autant de zones d’ombre affichées face au Japon donc, à l’image de ces 26 frappes tentées pour 9 cadrées. Des manquements devant et une cassure derrière, au sein d’une défense en éternelle reconstruction, piégée sur chacun des contres adverses. Exemple criant : la fébrilité affichée par Nico Schlotterbeck durant 97 minutes, impliqué sur les deux buts japonais. À ses côtés et s’il a semblé serein, Antonio Rüdiger a payé une certaine suffisance collective, symbolisée par sa course moqueuse envers Takuma Asano, punie dans la foulée par ce dernier. « Quand je vois le deuxième but du Japon, je me demande s’il y en a déjà eu un d’aussi facile, inscrit en Coupe du monde. On n’a pas le droit de se faire prendre de la sorte » , pestait sobrement Gündoğan en zone mixte, pour un joli condensé de la situation.


Voilà donc l’Allemagne de nouveau dos au mur et Hansi Flick en pleine réflexion. Lui que l’on pensait prêt à assurer cette période post-Joachim Löw se retrouve en effet à devoir composer avec un bilan relativement inquiétant : cinq défaites sur les huit dernières rencontres en compétition officielle (Coupe du monde 2018, Euro 2020 et Coupe du monde 2022). Mieux (ou pire), si la Mannschaft ne se targuait que de deux faux pas entre les Mondiaux 2006 et 2014, la voilà désormais à trois matchs sans victoire depuis 2018. Et c'est aussi la troisième fois d'affilée que l'Allemagne entame une compétition par une défaite (Mexique 2018, France 2020, Japon 2022).


L’Allemagne ne ferait-elle donc plus peur ? L'adage « Et à la fin, c'est l'Allemagne qui gagne » appartiendrait-il au passé ? Sans évidemment tirer de conclusion hâtive (jurisprudence Espagne 2010, défaite par la Suisse en ouverture puis championne du monde) sur une compétition qui n’en est qu’à ses prémices, cette Coupe du monde pourrait en effet rapidement se transformer en traquenard pour une sélection allemande convalescente. Aux exigences techniques viennent se greffer nombre d’interrogations mentales, que seuls les cadres en place peuvent résoudre. Encore faudrait-il les trouver.
Revenir en haut Aller en bas
Partager cet article sur : reddit

ET À LA FIN, CE NE SONT PLUS LES ALLEMANDS QUI GAGNENT... :: Commentaires

Dark small
LE MAROC RÉSISTE À LA CROATIE
Message Mer 23 Nov - 21:20 par Dark small
Dans un match aussi serré qu'indécis, le finaliste du dernier Mondial a concédé le nul face aux Lions de l'Atlas. Mais si la Croatie a plutôt dominé, le Maroc n'a absolument pas démérité. Un point partout, place à la suite.

Le Maroc résiste à la Croatie
Maroc 0-0 Croatie

C'était une énigme, voire un vrai mystère. Au petit jeu des pronostics, il était ainsi très difficile de trouver le vainqueur de cette opposition ou d'indiquer un score avec grande certitude. La réalité du terrain, elle, a confirmé cette impression qui flottait avant le coup d'envoi : à l'occasion de la première journée du groupe F de la Coupe du monde, le Maroc et la Croatie n'ont pas pu se départager et se sont quittés sur un résultat vierge de but. Parfaitement organisés, les Lions de l'Atlas ont fait davantage que résister et ont mérité ce point précieux. En face, la bande de Modrić aurait sûrement pu faire mieux... sans pour autant avoir beaucoup de regret, et gardant une certaine sérénité pour la suite. Bref, tout reste à faire.
Un seul tir cadré, mais un suspense entier

Plus de 60% de possession de balle, mais seulement une frappe cadrée. Cinq tirs tentés, mais aucun dans la cible. Telles sont les statistiques paradoxales observées en première mi-temps de la part des deux équipes, concernant respectivement la Croatie et le Maroc. C'est dire le peu de travail que les gardiens ont à se mettre sous la dent, et pourtant, ils ne s'ennuient pas. Car au stade Al-Bayt, les débats sont très équilibrés, et le suspense reste entier. Et si les Lions de l'Atlas mettent l'intensité qu'il faut pour se montrer au niveau, ce sont leurs adversaires qui se procurent les meilleures occasions : les tentatives de Modrić ou Perišić loupent les cages de Bono de peu, et le portier évite surtout l'ouverture du score de Vlašić juste avant la pause grâce à un arrêt décisif.
Des occasions pour chacun, mais pas de but
Ce même Vlašić qui, touché au mollet, doit laisser sa place à Pašalić dès l'entracte. Le Croate est rapidement rejoint aux vestiaires par Mazraoui, lui aussi blessé alors que sa tête vient de tester les gants de Livaković pour la première fois de la rencontre. Il n'empêche, ces remplacements ne changent pas énormément de choses à la physionomie de la rencontre, et le second acte demeure particulièrement indécis. Dès lors, des interrogations apparaissent : le finaliste du dernier Mondial va-t-il se détacher à l'expérience, ou le Maroc peut-il au contraire créer la surprise de ce mercredi ? Hakimi croit répondre à cette question sur coup franc, mais le dernier rempart ennemi s'interpose encore. En-Nesyri, quant à lui, sauve son camp devant Pašalić pendant que Bono voit une tête flirter avec son montant. Finalement, aucune réalisation n'est marquée et tout le monde prend son point. En pensant très fort au chemin à parcourir pour les huitièmes.


Maroc (4-3-3) : Bono - Hakimi, Saïss, Aguerd, Mazraoui (Attiyat-Allah, 60e) - Amrabat, Ounahi (Sabiri, 82e), Amallah - Ziyech, En Nesyri (Hamdallah, 81e), Boufal (Ezzalzouli, 65e). Entraîneur : Regragui.

Croatie (4-3-2-1) : Livaković - Juranović, Lovren, Gvardiol, Sosa - Modrić, Brozović, Kovačić (Majer, 79e) - Vlašić (Pašalić, 46e), Perišić (Oršić, 90e) - Kramarić (Livaja, 71e). Entraîneur : Dalić.
 

ET À LA FIN, CE NE SONT PLUS LES ALLEMANDS QUI GAGNENT...

Revenir en haut 

Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [b]Les poussins du STV gagnent le tournoi de la ville...[/b]
» Bleus sont déjà qualifiés pour les 8es de finale de l'Euro
» Les 2 nouvelles écharpes sont arrivées

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Du côté de la rascasse :: Saison 2012/2013 :: 
-
Sauter vers: