AccueilPortailGalerieFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Candidature Euro 2016

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Selmac

avatar

Nombre de messages : 4967
Date d'inscription : 24/08/2005

09102009
MessageCandidature Euro 2016

Annonce des villes retenues le mercredi 11 novembre
Les douze villes de la candidature de la France à l'Euro 2016 seront dévoilées le mercredi 11 novembre, a annoncé vendredi le président de la Fédération Française de Football, Jean-Pierre Escalettes, à l'issue d'un Conseil Fédéral à Clairefontaine.

"Concernant les douze villes choisies, c'est un conseil important, il aura lieu le mercredi 11 novembre, a dit le Président lors d'un point-presse. La date du prochain conseil a été modifiée: le vendredi 13, c'était très gênant parce qu'on risquait de jouer un match de barrage à l'extérieur".

Un comité de candidature sera ensuite mis en place dans les semaines suivantes et devrait être opérationnel début 2010. Lilian Thuram et d'autres anciens internationaux, notamment des Champions du Monde de 1998, y prendront part.

Seize sites sont en lice : Nice, Marseille, Montpellier, Toulouse, Bordeaux, Rennes, Saint-Etienne, Lyon, Lille, Lens, Strasbourg, Nancy, Metz, le Parc des Princes à Paris, le Stade de France à Saint-Denis et le stade des Hauts-de-Seine à Colombes.

Sur les douze villes choisies, trois stades seront "en réserve". Les dossiers de candidature doivent être remis à l'UEFA le 15 février 2010. Outre la France, l'Italie, la Turquie, et la Norvège associée à la Suède, sont candidates. L'organisateur de l'épreuve sera désigné par l'UEFA le jeudi 27 mai 2010.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

 Sujets similaires

-
» Euro 2016 (+ qualifications)
» Les groupes de l'Euro 2016
» la RTBF présente son dispositif pour l’Euro 2016
» [EURO 2016 - 17 et 18 juin] 2ème match, groupe E et F
» Euro 2016 • Vos vainqueurs de groupes et finalistes
Partager cet article sur : diggdeliciousredditstumbleuponslashdotyahoogooglelive

Candidature Euro 2016 :: Commentaires

avatar
Re: Candidature Euro 2016
Message le Ven 18 Jan - 12:07 par Selmac
La France officialise ses dix stades ce jeudi



A trois ans de l’organisation de l’Euro en France, la Fédération Française de Football va dévoiler ce jeudi la liste des dix stades retenus pour accueillir la compétition continentale. Sans surprises, les enceintes désignées seront Bordeaux, Lens, Lille, Lyon, Marseille, Nice, Saint-Denis (Stade de France), Paris (Parc des Princes), Saint-Étienne et Toulouse. Comme l’explique l’Equipe, Noël Le Graët, le président de la FFF, a rencontré mardi Jean-Michel Aulas afin d’en savoir plus sur le problème du Stade des Lumières soumis à une cascade de recours juridiques. Mais le patron de l’Olympique Lyonnais a rassuré Le Graët et Lyon figure donc bien dans la liste définitive des stades qui sera transmise dans les prochains jours à l’UEFA.
avatar
Re: Candidature Euro 2016
Message le Ven 17 Juin - 12:20 par Selmac
Sainté et Toulouse repêchés



Initialement écartés par la FFF lors de l'attribution des villes hôtes de l'Euro 2016, les sites de Saint-Etienne et de Toulouse ont été repêchés par l'UEFA. Il y aura donc des matchs au Chaudron et au Stadium.

Le comité exécutif de l'UEFA a accepté à l'unanimité le repêchage des sites de Saint-Etienne et de Toulouse, écartés par la FFF le 20 mai dernier. Pour l'UEFA, le fait qu'il y ait 24 équipes qualifiées en 2016 permet de passer de neuf à onze sites.

Toulouse et Saint-Etienne avaient été désignées villes de réserve. Aujourd'hui, les voilà titulaires avec Paris, Saint-Denis, Bordeaux, Lens, Lille, Lyon, Marseille, Nancy et Nice.
avatar
Re: Candidature Euro 2016
Message le Jeu 29 Juil - 17:13 par Selmac
L'Euro 2016 ne passera pas par Strasbourg.

"Roland Ries (Parti Socialiste), maire de Strasbourg, et Jacques Bigot (PS), président de la Communauté Urbaine de Strasbourg, font part du retrait de la candidature de Strasbourg à l’Euro 2016. Ce retrait a été signifié au président de la Fédération française de football par un courrier des deux élus", indique la municipalité. MM. Ries et Bigot mettent en avant "la situation particulière de Strasbourg", seule des villes candidates à voir son club évoluer en championnat National, le troisième échelon en France.

Le Racing "au contraire des clubs dans les autres villes candidates, se trouve dans l’incapacité totale aujourd’hui de participer au montage financier de l’opération de reconstruction du stade de la Meinau", soulignent ainsi les élus locaux. Selon eux sur les 160 millions d'euros nécessaires à la rénovation du stade de la Meinau, 130 millions resteraient à la charge de la communauté urbaine. "Le risque ne peut pas être pris de devoir in fine demander aux seuls contribuables de Strasbourg et de son agglomération de supporter la charge de ces 130 millions d’euros", ajoutent-ils.

Encore 11 candidats

MM. Ries et Bigot précisent qu'ils avaient proposé dès le 1er juin au Président de la République, Nicolas Sarkozy, des solutions pour leur permettre de maintenir la candidature alsacienne.Ils souhaitaient notamment que la participation de l'Etat dans les travaux des stades soit portée de 10% à 35% du coût du projet, "comme cela avait été pratiqué en 1998 pour la Coupe du monde de football en France". Ils demandaient aussi un "reversement aux villes organisatrices d’une partie des excédents financiers liés à l’organisation de l’Euro 2016" ainsi que la "création d’un fonds d’aide à l’investissement en faveur des stades par une partie des droits de télévision et par un prélèvement sur les paris en ligne". Cependant, "aucune réponse n’a été apportée à ces propositions", regrettent-ils.

Après ce retrait il reste 11 villes candidates pour accueillir les matches du Championnat d'Europe 2016: Stade de France (Saint-Denis), Parc des Princes (Paris), Lens, Lille, Bordeaux, Nice, Toulouse, Marseille, Lyon, Saint-Etienne et Nancy. Neuf seront choisis d'ici au 28 mai 2011, deux autres seront désignés stades de réserve. A Bordeaux, le maire Alain Juppé a lui aussi prévenu fin juin qu'il n'avait pas l'intention de dépasser le budget de 165 millions d'euros fixé pour construire un nouveau stade : "Si on crève le plafond de 165 millions, on ne pourra pas faire bien évidemment", a-t-il dit.
avatar
Re: Candidature Euro 2016
Message le Sam 26 Juin - 16:11 par taz azur
Strasbourg vers le retrait ?





Ville d'accueil pour l'Euro 2016 qui sera organisé en France, Strasbourg pourrait être obligé de se retirer du projet. Son maire Roland Ries et le président de la communauté urbaine Jacques Bigot ont écrit au président de la République, au ministre des Sports et au président de la FFF pour réclamer une aide financière. «Nous demandons que l'effort de l'Etat soit porté de 10 à 35% du coût des investissements nécessaires pour la restructuration du stade de la Meinau, voulue par l'UEFA et évalués à quelque 160 millions d'euros. (...) Strasbourg a un caractère unique : C'est la seule ville française à être capitale européenne et seule ville candidate pour l'Euro 2016 à avoir une équipe évoluant en championnat national», ont expliqué les deux élus socialistes dans leurs courriers.
Ils proposent également que les «excédents financiers de l'Euro 2016 soient reversés aux villes organisatrices qui auront investi pour l'accueil de cette compétition» et qu'un «fond d'aide à l'investissement des villes d'accueil», prélèvé sur une partie des droits de télévision, soit créé.
«En l'absence de réponse (...), nous n'engagerons pas la communauté urbaine et la ville de Strasbourg» dans un tel investissement dont la charge nette pour les deux collectivités sera «extrêmement élevée», préviennent les deux élus.
avatar
Re: Candidature Euro 2016
Message le Ven 28 Mai - 14:59 par taz azur

Le jeune Nathan à côté de Zinedine Zidane lors de la présentation du dossier Français pour l'organisation de l'Euro 2016, le 28 mai 2010 à Genève. D.Balibouse/REUTERS

FOOT - Le petit Nathan, 10 ans, a présenté le dossier français...


Il fait rire le petit Nathan de l'équipe française. Mais au moins il aura marqué les esprits après les deux présentations très sérieuses, parfois plates, de la Turquie et de l'Italie. Du coup, la France empoche le droit d'organiser la compétition en 2016.
Première à entrer dans l'arène, la Turquie a quasiment vanté tous ses mérites par le biais de vidéos. La Turquie et ses jeunes, la Turquie et ses sept stades en projet de construction. L'Etat avance même le chiffre de 3.400 euros investis par siège. Mais comme le rappelle la jolie présentatrice Defne Samyeli, c'est la troisième candidature de la Turquie à un événement footballistique. L'intervention du président Abdullah Güll est un moment important: «Parmi les candidats actuels, la Turquie n’a jamais accueilli un Euro ou une coupe du monde. C’est une décision historique de choisir la Turquie».
>> Les présentations sont à revivre en live en cliquant ici...


La présentation de l'Italie avait déjà un air de défaite. Seuls les charmes de l'animatrice de télé Laura Esposto ont permis de garder l'assemblée éveillée. Car l'intervention de Rocco Crimi, ministre des Sports italien, était loin d'être convaincainte avec un «l'Europe traverse une situation de crise, mais nous voulons un héritage tangible pour l'Italie». Neuf jeunes étudiants européens ont évoqué tour à tour les atouts de l'Italie avec en fonds un terrain de foot qui aurait pu être davantage animé. La vedette italienne Paolo Maldini n'a pas permis d'égayer la présentation. «Quand je parle à mon fils, je lui dis de jouer avec fairplay et fun»... Mais encore?
Et voilà la France, avec un petit bonhomme de 10 ans qui débarque sur scène, seul. Son prénom: Nathan. Sa fonction: interroger les dirigeants de la Fédération française de football et même Zinedine Zidane. «Rassurez-vous, je ne suis pas pas le président de la FFF. Enfin, pas encore!» Les Français on voulu jouer sur la corde sensible. Tactique payante: c'était la plus originale des trois présentations. Pour Nicolas Sarkozy, c'est sûr, l'Euro 2016, c'est le remède miracle contre la crise économique. Cela reste à confirmer.
avatar
Re: Candidature Euro 2016
Message le Ven 28 Mai - 14:55 par taz azur
D'une voix. La France a remporté l'organisation de l'Euro 2016 avec sept voix, contre six pour la Turquie lors du vote final. Au tour précédent, la France comptabilisait 43 points, la Turquie 38 et l'Italie 23.

avatar
Re: Candidature Euro 2016
Message le Ven 28 Mai - 14:15 par Selmac

La France a obtenu l’organisation du Championnat d’Europe de football en 2016. L’UEFA a voté pour la candidature française aux dépens de la Turquie et de l’Italie. Pour la troisième fois de l’Histoire, l’Euro de football aura donc lieu sur le sol français après 1960 et 1984.

La France à l’unanimité
5 ans après avoir vu s’échapper le rêve olympique, la France retrouve le sourire. Car c’est une grande nouvelle pour le football français que le comité exécutif de l’UEFA a annoncée vendredi à Genève : l’Euro 2016 aura bien lieu dans l’Hexagone. Exit donc les projets turc et italien. L’ultime présentation a confirmé la tendance dévoilée lors de la remise des rapports d’évaluation le 19 mai dernier. La France a gardé son petit matelas d’avance grâce à un dossier techniquement parfait. Ajoutez à cela une pointe d’originalité lors du grand oral qui voyait un jeune garçon de 10 ans, Nathan, donner la réplique aux grosses pointures du sport français (Frédéric Thiriez, Jean-Pierre Escalettes, Jacques Lambert et Zinedine Zidane), et vous obtenez une victoire du clan français. Il semble que l’échec de Singapour, où la France s’était fait chiper l’organisation des JO 2012 par Londres, ait été bien retenu. Pour éviter le même désagrément, la France avait cette fois-ci décidé de changer de tactique et d’impliquer un peu plus les forces politiques dans la bataille.
Sarkozy s’est impliqué
En premier lieu duquel le président de la République. Présent à Genève aux côtés d’un certain Zinedine Zidane, Nicolas Sarkozy a soutenu de tout son poids la candidature française, à l’image d’un Tony Blair en 2005 : «Nous avons envie de recevoir toute l’Europe du football. En France, nous avons des valeurs de fair-play et tout un pays mobilisé pour un tel évènement», a-t-il déclaré. Si l’aura du président a joué, il ne faut pas enlever au projet français une somme d’atouts non négligeable. Tout d’abord, le niveau remarquable des infrastructures et des équipements. Les moyens de transports (Métro, RER, TGV, autoroutes, aéroports) de toutes les villes candidates étaient largement supérieurs à ceux de la Turquie ou même de l’Italie. A n’en pas douter, l’expérience dans l’organisation des grands rendez-vous (Coupe du Monde de football en 1998 et de rugby en 2007) a également pesé dans la balance. Désireuse d'apporter un soutien populaire sans précédent à sa candidature, la fédération n’avait pas hésité à lancer une campagne de soutien sur son site internet. Le 18 mai dernier, plus d'un million de supporteurs avaient déjà cliqué en faveur de l'Euro 2016 en France.
Des beaux stades et de l’emploi
Grâce à ce projet, la France va pouvoir «moderniser les infrastructures sportives et offrir au football français un projet mobilisateur pour les dix prochaines années tout en créant un effet positif et durable sur le pays» dixit Jean-Pierre Escalettes. L’investissement d’1,7 milliard d'euros dans la construction de quatre stades (Lille, Lyon, Nice et Bordeaux) et la rénovation de sept autres, sera financé par les pouvoirs publics. «Après 2014, la capacité moyenne des stades français passera de 27000 à 35000 spectateurs», a ajouté Frédéric Thiriez, le président de la LFP. La FFF a d’ores et déjà précisé que l’obtention de l’organisation va générer «15000 emplois pour la phase de reconstruction et de rénovation et 4000 emplois durables». Une aubaine pour certaines régions. «Organiser une telle compétition, c’est la possibilité de laisser derrière nous un très bel héritage», a assuré le président de la LFP. Les deux dernières compétitions de football organisées sur le sol français se sont soldées par des victoires (Euro 1984 et Coupe du Monde 1998) sportives et financières. Jamais deux sans trois !
avatar
Re: Candidature Euro 2016
Message le Ven 28 Mai - 14:14 par Selmac
A nous l'Euro !


La candidature française avait reçu le soutien de Zinédine Zidane vendredi matin.

Après les Coupes du monde 1938 et 1998 et les Championnats d'Europe 1960 et 1984, la France organisera une cinquième grande compétition de football, puisque l'Euro 2016 se déroulera dans l'Hexagone.
avatar
Re: Candidature Euro 2016
Message le Ven 28 Mai - 14:11 par Selmac
Les treize membres du comité exécutif de l'UEFA autorisés à prendre part au vote ont attribué l'organisation de l'Euro 2016 à la France. Une victoire attendue qui va désormais booster le vaste plan de construction et de rénovation d'une douzaine de stades.





Comme un symbole, c'est Michel Platini, président de l'UEFA, qui a annoncé la bonne nouvelle un peu après 13h00. Après l'échec polémique des Jeux Olympiques de 2012, revenus finalement à Londres alors que Bertrand Delanoë s'apprêtait déjà à couper le ruban rouge, la France peut cette fois savourer sa victoire. L'Euro 2016, premier Championnat d'Europe à 24 nations en phase finale, se déroulera bien en France. Sous les yeux de Nicolas Sarkozy, ayant fait le déplacement à Genève pour soutenir son camp en compagnie d'une imposante délégation, la victoire est revenue aux Français, 26 ans après l'organisation d'un Euro qui avait vu le sacre de Platini et de ses troupes. Un succès fortement pressenti dans la mesure où la France constituait l'immense favori de cette élection. Toutefois, la Turquie ne partait pas autant battue qu'on aurait pu le penser. Et la rumeur qui parcourait l'espace Hippomène vendredi matin penchait même en faveur d'une victoire des Turcs.



Seulement, parmi les treize membres du comité exécutif appelés à trancher ce vendredi à Genève, seuls trois (l'Anglais Thompson, le Maltais Mifsud et le Lituanien Varanavicius) semblaient souhaiter que la Turquie organise cet Euro 2016. Les neuf autres décideurs paraissaient eux avoir été séduits par la présentation et les discours français. Six de ces treize membres (le Danois Hansen, le Roumain Sandu, le Slovaque Laurinec, l'Ukrainien Sourkis, l'Israélien Luzon et l'Allemand Zwanziger) cachaient même à peine leur soutien à la candidature de la France, marquée principalement de la griffe « grands stades ». Si certaines enceintes peuvent aujourd'hui sembler vétustes, l'organisation de l'Euro va marquer la rénovation et la construction de stades qui n'auront plus grand-chose à envier à leurs grands frères européens.

Et l'Italie dans tout ça ? En dépit de sa culture impressionnante du ballon rond, de son atmosphère propre au football et d'un relativement bon dossier à l'arrivée, les Italiens, troisièmes derrière la France et la Turquie, n'y ont jamais réellement cru. A la veille du scrutin, le responsable du projet de candidature faisait même lui aussi de la France le gagnant avant l'heure. Et ce malgré « des trous » dans son dossier, dixit Michele Uva. Des soucis financiers pointés du doigt par les Italiens mais qui n'ont donc pas empêché les Français d'afficher un grand sourire à l'issue de ce vote tellement attendu par Jean-Pierre Escalettes. « En cas d'échec, la vie continuerait », expliquait le président de la Fédération française quelques heures avant la délibération. Et avant d'ajouter, de manière beaucoup plus sincère : « Non, ce serait évidemment une très grande déception car le football, pour moi, serait différent avec un succès. » Avec cet Euro 2016 en France, une nouvelle ère peut donc commencer.


Dernière édition par Selmac le Ven 28 Mai - 15:04, édité 1 fois
avatar
Re: Candidature Euro 2016
Message le Ven 28 Mai - 9:13 par taz azur
La France saura vendredi à 13h00 si elle organisera l'Euro 2016. La décision sera rendue à Genève par le comité exécutif de l'UEFA après une dernière présentation des candidats. Et la venue de Nicolas Sarkozy et Zinédine Zidane pour soutenir le clan français.

Turquie, Italie, France. Un seul des trois candidats à l'Euro 2016 aura l'aval du jury vendredi à Genève au moment où l'UEFA rendra son verdict. Les pontes des trois Fédérations seront évidemment aux premières loges mais chacune sort ses derniers atouts. Pour la France, le président de la République Nicolas Sarkozy, la ministre de la Santé et des Sports Roselyne Bachelot et la secrétaire d'Etat chargée des Sports Rama Yade seront présents en Suisse pour les ultimes présentations des dossiers. Elles se dérouleront à partir de 9h30 dans l'Espace Hippomène du siège de l'UEFA avec dans l'ordre, défini au préalable par tirage au sort, les Turcs puis les Italiens et enfin les Français.

Le comité exécutif de l'UEFA se réunira ensuite à 11h45 pour délibérer et procéder au vote. Michel Platini, le président français de l'instance européenne, n'a pas le droit d'y prendre part. Tout comme le Turc Þenes Erzik, vice-président du comité exécutif et l'Italien Giancarlo Abete, membre du comité exécutif. L'annonce du verdict interviendra dans la foulée du vote à 13h00. La candidature française retient donc son souffle alors qu'aucun bruit n'a pour l'instant véritablement filtré en provenance de l'UEFA même si l'Italie parait distancée. Décidés à emporter la mise, Jean-Pierre Escalettes, le président de la FFF et Frédéric Thiriez, le président de la LFP, pourront également compter sur la présence à Genève de Zinédine Zidane.

Un contexte économique délicat

Ils espèrent avoir convaincu les dirigeants de l'UEFA, notamment lors de la visite de la délégation européenne en France mi-avril qui avait fait escale à Matignon et à l'Elysée. Mais ils s'appuieront aussi sur l'influence que peuvent détenir le président de la République ou Zizou dans les coulisses de Genève pour éviter de caler en termes de lobbying comme en 2005 lors de l'attribution des JO 2012 à Londres. Si la France parvient à décrocher l'organisation de l'Euro 2016, douze villes se lanceront dans de grands travaux. Le Stade de France sera le seul à ne pas être relooké alors que Lyon, Lille, Bordeaux et Nice pourront en cas de succès accélérer la sortie de terre de leurs nouvelles enceintes. A Marseille, Lens, Paris, Saint-Etienne, Toulouse, Strasbourg et Nancy, les mairies seront également très attentives à la décision de l'UEFA concernant leurs projets de rénovation.

L'attente sera aussi grande en Turquie, qui n'a jamais organisé une telle compétition ou en Italie, qui doit remonter à la Coupe du Monde 1990 pour se souvenir de la dernière fois que le pays a accueilli l'un des plus grands rendez-vous du foot. Partageant la même impatience, Turcs, Français et Italiens savent que le volet économique risque d'être prédominant. Dans un contexte marqué par les plans de rigueur adoptés en série en Europe, les centaines de millions promis peuvent paraître lourds. Sur un total de 1,7 milliard d'euros, la candidature française peut compter sur 662 millions d'euros issus de fonds publics. Le reste ne serait garanti qu'à moitié à l'heure actuelle. Accroc sérieux ou sans conséquence ? L'UEFA tranchera vendredi à 13h00.
avatar
Re: Candidature Euro 2016
Message le Jeu 27 Mai - 18:13 par taz azur
C'est pour cette fois ?



Cinq ans après l'énorme déception de Singapour et la défaite de Paris face à Londres pour l'attribution des Jeux Olympiques, la France espère rafler la mise et accueillir l'Euro 2016 sur ses terres. Le dossier est au niveau et certaines choses ont changé. Suffisamment ?


Excellence et angélisme. Sans doute les maîtres-mots de la candidature française pour l'obtention des Jeux Olympiques de 2012. A l'époque, le dossier français avait été unanimement reconnu par l'institution olympique et les observateurs comme le meilleur. Infrastructures routières, ferroviaires, hôtellerie, équipements sportifs : tout y était. Et ceci pour un coût maitrisé. Restait à attendre la désignation de la Ville Lumière par les membres du CIO... Le 6 juillet 2005, du côté de Singapour, tout ne s'est pas exactement passé comme prévu. Paris la belle a été vaincue par Londres la pragmatique.
Moins bien "notée" que Paris, Londres a décroché la timbale et le droit d'organiser le plus grand événement sportif de l'année 2012 pour son dossier, évidemment. Mais aussi et surtout en raison de l'activisme forcené de ses représentants. Parmi lesquels un certain Tony Blair. Premier ministre et charismatique au possible, le Travailliste était venu à Singapour et avait retroussé ses manches, rencontrant tout ce qu'il pouvait de personnes influentes et de membres du CIO. En anglais, on appelle cela lobbying. En français ? Pas d'équivalent...
Sarkozy et Platini...
Cinq ans plus tard, la page de Paris 2012 est tournée. Et voici qu'approche à grands pas le vote de Genève pour l'Euro 2016. Pour éviter de revivre un tel désagrément et voir l'Italie ou la Turquie souffler l'organisation de l'événement, les Français semblent avoir changé de tactique. Le dossier, mis à part le volet stades qui reste légèrement en retrait, est très bon. Tout ce qui est lié aux infrastructures et équipements est d'un niveau remarquable.
Ajoutez à cela que la France et l'Etat ont décidé de prendre le taureau par les cornes, peut-être pas à la manière d'un Tony Blair, mais Nicolas Sarkozy, président de la République, a décidé de se rendre à Genève pour soutenir devant l'UEFA la candidature de la France. Il sera accompagné des ministre et secrétaire d'Etat en charge des Sports, Roselyne Bachelot et Rama Yade, et prendra la parole en fin de matinée. Va-t-il en faire un peu plus que ça et que Jacques Chirac en 2005 ? On ne sait pas. Et pour quel résultat ? Là aussi, il est difficile de répondre. Barack Obama, tout aussi charismatique qu'il soit, n'a pas fait gagner Chicago dans la course aux Jeux 2016.
Autre reproche fait à la candidature française pour les Jeux 2012, celle de l'absence de représentants tricolores dans les hautes instances internationales et le manque d'influence qui en découle. Cinq ans après, la situation a évolué dans le bon sens. On pourrait citer Dominique Strauss-Kahn à la tête du FMI, Jean Todt patron de la FIA, Bernard Lapasset pour l'IRB ou... plus simplement Michel Platini aux commandes de l'UEFA. L'un des deux meilleurs joueurs de l'histoire du football français menant l'institution dirigeant le football européen, on serait tenté d'y voir comme un avantage. En est-ce un ? Sans doute. Influent, Platini l'est par essence. Et si "Platoche" ne votera pas, il aurait laissé entendre ses préférences envers son pays natal. Ça comptera forcément.
avatar
Re: Candidature Euro 2016
Message le Jeu 27 Mai - 16:34 par Selmac
Sarkozy vendredi à Genève


L'Elysée a annoncé jeudi que le Président de la République, Nicolas Sarkozy, se rendra vendredi à Genève pour apporter son soutien à la candidature française dans l'organisation de l'Euro 2016, dont le pays hôte sera connu le jour même. Cette annonce intervient alors que la France est annoncée comme favorite, talonnée par la Turquie et loin devant l'Italie. En 2005, alors qu'elle briguait l'organisation des Jeux Olympiques 2012, finalement attribuée à Londres, le président de l'époque, Jacques Chirac, avait aussi effectué le déplacement jusqu'à Singapour. En vain.

Cette fois encore, en espérant éviter une nouvelle déconvenue, Nicolas Sarkozy s'est beaucoup impliqué dans le dossier. A la mi-janvier, il avait notamment rencontré personnellement Michel Patini, le président de l'UEFA, et Raymond Domenech, le sélectionneur de l'équipe de France.
avatar
Re: Candidature Euro 2016
Message le Mer 28 Avr - 18:18 par Lewis
POURQUOI L’ITALIE VA ORGANISER L’EURO 2016

Donnée battue, l’Italie est encore à égalité avec la France et la Turquie alors qu’arrivent les arrêts de jeu. Donc probablement gagnante.
Vous connaissez l’histoire de l’équipe dominée tout au long du match, sans projet de jeu, qui peine à se procurer des occasions, dont son opposant frappe deux fois le poteau, mais qui repart avec le trophée grâce à un but dans les arrêts de jeu? Dans notre mythologie nationale, cette équipe est italienne.
Et bien pour l’Euro, c’est un peu la même histoire. Cherchant un mobile pour rénover ses stades, l’Italie s’est lancée dans la candidature à l’organisation de l’Euro 2016 sans trop de conviction, avec peu de soutien des politiques et du grand public, et des observateurs qui la donnent battue d’avance contre le duo France et Turquie. Autant dire que la situation n’a jamais été aussi favorable pour qu’une grande compétition internationale revienne dans la péninsule pour la première fois depuis 1990.


Une stratégie décalée

La Coupe du monde 1990 n’aura pas laissé un souvenir impérissable sur et en dehors du terrain. Côté stades, c’est la même chose. À l’exception de quelques réussites architecturales, comme San Siro à Milan ou Luigi Ferraris à Gênes, les stades ont très vite pris un coup de vieux. Les problèmes actuels d’insécurité dans les stades italiens, même si la tendance se ralentit depuis quelques saisons, trouvent une partie de ses causes dans ces enceintes trop grandes, en béton, au confort obsolète et aux services inexistants.
Le pays cherche une occasion de refaire ses enceintes sportives, et jette dans un premier temps son dévolu sur l’organisation de l’Euro 2012. Peine perdue, malgré un dossier technique meilleur, qui avait notamment proposé un ambitieux dossier stade, la compétition part en Ukraine-Pologne.
Changement de stratégie donc pour 2016. Fort de l’expérience passée, l’Italie développe pour cette nouvelle candidature une stratégie en décalage parrapport à ses concurrents: là ou la France et la Turquie insistent jusqu’à l’outrance sur le renouvellement de leurs parcs stades, l’Italie ne lui accorde que l’importance allouée par le cahier des charges, soit environ 15% de la note finale. D’où un certain flottement assumé sur la partie "stade" du dossier.

Bien que ressortant des cartons les idées de 2012, le flou a été longtemps (et reste encore parfois) de mise sur la question des enceintes. Certains projets restent mal taillés (San Paolo à Naples ; quel stade à Milan : San Siro ou un nouveau ?), d’autres ont périclité en cours de route, remplacés au pied levé par de nouveaux candidats, sur fond de guéguerre entre le club résident et la collectivité locale. Le financement est pour sa part plus ou moins obscur, même si le public mettra majoritairement la main à la poche : 750 millions d'euros sont garantis par l’Etat pour rénover dix stades – le stade de la Juventus étant financé par des fonds privés et le Comité Olympique prenant à sa charge la rénovation mineure du stade Olympique de Rome dont il est propriétaire.
Mais qu’importe, semblent dire les autorités transalpines. Si l’UEFA accorde l’Euro à l’Italie, les stades sortiront de terre quoi qu’il arrive, et rempliront les conditions définies par l’organisation européenne. Il faudra alors notamment promulguer la loi sur les stades, bloquée au Parlement depuis l’été dernier. Ce texte de loi faciliterait la propriété et le financement privé des enceintes, en permettant notamment la réalisation d’opérations immobilières annexes d’envergure. D’où la crainte affichée par certains commentateurs sur cet aspect de la loi, qui permettrait l’investissement et la réalisation de plus-value spectaculaires au profit de certains organismes "douteux"…


Projets : Stadio Juventus à Turin et Stadio Friuli à Udine (41.000 places chacun).

L’Italie a donc décidé de jouer ses autres cartes pour convaincre Nyon de leur attribuer la compétition. Un effort d’importance a été réalisé sur l’aspect "héritage" et développement durable du dossier. Et puis la capacité hôtelière, le sens de l’accueil, la fonctionnalité des aéroports et des transports ne sont plus à prouver. Et puis les images des fan-zones, ces lieux de rassemblement et de diffusion sur écrans géants des matches, au pied du Colisée ou sur le parvis du Dôme de Milan vont faire le tour du monde: entre deux matches, un musée ou un monument. Et puis le sourire des Italiennes sur leur Vespa. Italia 2016, ce sera bien.
avatar
Re: Candidature Euro 2016
Message le Mer 28 Avr - 18:17 par Lewis
POURQUOI LA TURQUIE VA ORGANISER L’EURO 2016
Boza
Le duel entre la France et l’Italie pour l’obtention de l’organisation de l’Euro 2016 a occulté l’ambitieux dossier turc. À tort.
Grand prix de Formule 1, championnats du monde d’escrime 2009, championnats du monde de basketball 2010, finale de la Ligue des champions 2005, Finale de la Coupe de l’UEFA 2009… La Turquie multiplie depuis quelques années l’accueil de grands événements sportifs. L’un des buts avoués de cette politique est de démontrer à la communauté sportive internationale le savoir-faire turc en la matière. Et d'obtenir, à terme, l’organisation des Jeux olympiques d’été, à laquelle Istanbul est un candidat malheureux depuis 2000.


Nouvelle donne
La candidature turque à l’organisation de l’Euro 2016 (1) entrait initialement dans cette stratégie. Initialement, puisque depuis quelques mois, le pays s’est pris au jeu, à tel point qu’il devient difficile désormais de trouver un écho dans les journaux ou une déclaration officielle sur "Istanbul 2020". Le dossier a gagné en crédibilité. Au départ, parce peu d’informations filtraient de la Fédération turque de football. Désormais, parce que la Turquie a abattu ses cartes lors de la présentation du dossier de candidature à l’UEFA, le 15 février dernier. Depuis, le comité d’organisation a mis en œuvre une campagne de communication de grande ampleur sur place et à l’étranger: affichage dans les quartiers touristiques des villes hôtesses, publicités presse et télévisée, tandis que la compagnie aérienne nationale Turkish Airlines valorise ses propres contrats de sponsoring avec le FC Barcelone et Manchester United. L'outsider a redistribué le jeu.


Huit nouveaux stades
Infrastructures, accueil des supporters, stades... la Turquie s’engage à répondre au volumineux cahier des charges de l’UEFA, et dépasse parfois des exigences de l’organisation européenne.
Pour les enceintes sportives, six des neuf sites seront construits à l’occasion de la compétition (2). Et n’a pas postulé qui "pouvait", comme en France et en Italie, mais qui "pourrait". Les villes hôtesses ont été choisies par le gouvernement, grand sponsor du dossier avec 915 millions d'euros dédié à la construction des infrastructures, dans un souci affiché d’aménagement de territoire. Exit, donc, deux des quatre stades stambouliotes (Besiktas et Fenerbahce – 3), et place à de nouveaux écrins d’au moins 30.000 places, respectant les prescriptions de l’UEFA (zone media, places hospitalité, services aux spectateurs…), à Konya, Izmir, Eskisehir, Antalya, Bursa et Ankara. À ceux-ci s’ajoutent le flambant neuf Kayseri Stadium, le très prochainement inauguré Turk Telekom Arena du Galatasaray, et le Stade Olympique d’Istanbul.


Projets de nouveaux stades à Antalya et Ankara.

Meilleur dossier technique en 2012
Mais sera-t-il possible de livrer toutes ces enceintes avant la date limite de juin 2014, imposée par l’UEFA? Les Turcs le promettent, et arguent de la puissance des groupes de BTP locaux, des "facilités" administratives de procédure de construction, et du nombre modéré d’écologistes et de riverains pour s’opposer aux projets. Et ils ne manquent pas de rappeler que cinq Arenas de basketball, neuves ou largement rénovés, ont été construites sans problème pour accueillir les championnats du monde de septembre 2010. Compétition obtenue d’ailleurs au détriment de la France…
Le "dossier stades" de la Turquie est l'héritier de celui présenté en 2012. Déjà candidate lors de la précédente édition de l’Euro, la Turquie avait en effet été classée première par les services techniques de l’UEFA, avant que le duo Pologne-Ukraine, seulement troisième, ne lui soit préféré. Notamment pour des raisons politiques.




Un symbole fort
La Turquie insiste sur la dimension symbolique à sa candidature, et la presse n’a de cesse de vanter l'héritage que laisserait la compétition au pays. Le gouvernement de la quinzième économie mondiale a promis près de trente milliards d’euros d’investissements, notamment pour moderniser les réseaux de transport, les infrastructures routières et hôtelières. L’argument turc revient en boucle auprès de l’UEFA: "Certes, la France et l’Italie sont de grands pays de football, avec une longue tradition d’organisation de compétitions d’envergure, mais donnez-nous l’occasion de les rejoindre et de développer notre pays" (lire ci-dessous).
La Turquie ne lésine d’ailleurs pas sur la publicité comparative: Istanbul accueille presque autant de touristes que Paris ou Rome. Antalya vaut les plages de la Côte d’Azur. En moins cher. L’aéroport flambant neuf d’Istanbul se veut plus accueillant que Roissy. La sécurité à Ankara est meilleure qu’à Naples ou Marseille, statistiques à l’appui …

Le jour de la désignation, si elle n’obtient pas l’Euro 2016, la Turquie criera au complot suisse ou dénoncera le lobbying de Michel Platini. D’ici là, elle rappelle avec force sa vocation européenne et veut croire au miracle.
avatar
Re: Candidature Euro 2016
Message le Ven 23 Avr - 10:03 par Selmac




  • Euro 2016 : « Nous avons envie de faire la fête avec l'Europe ! »


A l'issue de la visite d'évaluation de la délégation de l'UEFA en France, les 13, 14 et 15 avril, Jean-Pierre Escalettes, le président de la FFF, revient sur la priorité des priorités de la Fédération : remporter le défi de l'Euro 2016.

Pourquoi cette visite d'une délégation de l'UEFA ?
Jean-Pierre Escalettes : En dehors de l'étude technique du dossier, qui a bien évidemment été au programme, il s'agissait de jauger le soutien de l'Etat à la candidature. C'est un critère essentiel, au même titre que l'enthousiasme populaire ou le travail fourni par la Fédération. Sans l'appui efficace des pouvoirs publics, nous n'aurions aucune chance de réussir. Les membres de la commission sont repartis extrêmement satisfaits de Matignon puis de l'Elysée, où ils ont trouvé des avocats convaincus et convaincants de la candidature française, en la personne de MM. François Fillon et Nicolas Sarkozy.
Que va-t-il se passer d'ici à la désignation du pays organisateur, le 28 mai prochain ?
Le 6 mai, se tiendra une réunion d'éclaircissement à caractère purement technique. Nous serons à Nyon, au siège de l'UEFA, pour apporter les précisions que nous jugerons nécessaires. Le 14 mai, les rapports relatifs à chacun des trois pays candidats seront révélés au grand public. Nous verrons alors quels sont les points forts et les points faibles de chacun. Le 28 mai enfin, après un dernier grand oral d'une demi-heure par candidature, Michel Platini annoncera à 13h00 le nom du vainqueur. Nous sommes nominés pour l'instant, mais nous espérons être gagnants.
Le dossier français est solide. Quels sont ses points forts ?
Grâce au TGV, aux autoroutes, aux aéroports et à notre capacité d'hébergement, nos infrastructures ne demandent pas d'investissement supplémentaire. L'Etat s'est en outre engagé à prendre en charge la sécurité du tournoi. C'est un atout majeur pour nous. Ce que nous avons garanti à l'UEFA, c'est un Euro sans mauvaise surprise, sécurisé et convivial. Notre dossier ne s'appuie pas sur des promesses mais sur des faits. Ce que nous avons écrit, nous le ferons. Et, plus que tout, la France a envie de faire la fête avec l'Europe !
avatar
Re: Candidature Euro 2016
Message le Ven 23 Avr - 9:58 par Selmac
Candidature Euro 2016
Les dernières étapes...


Le vendredi 28 mai 2010 à 13h00 à Genève (Suisse), l'UEFA désignera le pays hôte de l'Euro 2016. L'Italie et la Turquie sont les deux autres candidats à l'organisation de cette épreuve. Découvrez les dernières étapes.





Jeudi 29 avril : envoi des rapports qualitatifs respectifs aux candidats (100 critères techniques dont les stades, les infrastructures...).


Jeudi 6 mai : rencontre des candidats avec les délégués de la Commission des compétitions pour équipes nationales et l'administration de l'UEFA.


Vendredi 14 mai : envoi du rapport aux candidats, au Comité Exécutif, à la Commission des compétitions pour équipes nationales de l'UEFA. Publication du rapport sur uefa.com.


Mercredi 26 mai : réunion à la Maison du football Européen à Nyon (Suisse) de la Commission des compétitions afin de décider des recommandations techniques à présenter au Comité Exécutif.


Jeudi 27 mai : réunion à la Maison du football Européen à Nyon (Suisse) entre le Comité Exécutif (membres votants) et les délégués de la Commission des compétitions. Celle-ci présentera les aspects clés des candidatures et expliquera son évaluation technique.


Vendredi 28 mai : présentations finales (30 minutes) des candidats (11h00), délibération et vote du Comité Exécutif (12h00), puis annonce par Michel Platini, président de l'UEFA, de la candidature lauréate (13h00).
avatar
Re: Candidature Euro 2016
Message le Mer 24 Mar - 18:07 par Selmac


Candidature Euro 2016
Une finale sous le signe de l'Euro 2016

Placée sous le signe de l'Euro 2016, la seizième finale de la Coupe de la Ligue opposant Marseille à Bordeaux au Stade de France samedi prochain se mettra aux couleurs de la candidature française. Une bâche géante Euro 2016 sera déployée sur le parvis du Stade de France.



Sur le terrain, une ligne entière de panneaux sera installée et tous les joueurs porteront le badge Euro 2016 sur la manche gauche de leur maillot.
Des anciens vainqueurs de l'Euro 1984 seront également présents à Saint-Denis pour soutenir la candidature. Lors de l'émission spéciale avant la finale (France 3 Sud et France 3 Aquitaine à partir de 19h45), plusieurs invités prendront la parole pour évoquer cette candidature et les écrans géants diffuseront avant-match et à la mi-temps les spots de promotion de la candidature à l'Euro 2016. Des stands de maquillage et plusieurs fanfares seront déployés autour et dans le stade pour compléter la fête.
avatar
Re: Candidature Euro 2016
Message le Lun 15 Fév - 13:55 par taz azur
La France déposera ce lundi, son dossier de candidature à l'organisation de l'Euro 2016 au siège de l'UEFA, à Nyon en Suisse.



Emmenée par Jean-Pierre Escalettes, le Président de la Fédération Française de football, la délégation française, composée de Frédéric Thiriez, Président de la Ligue de Football Professionnel, Jacques Lambert, Directeur général de la FFF, et Gérard Houllier, Directeur technique national, remettra, ce lundi à partir de 14 heures, son dossier de candidature à l'organisation de l'Euro 2016 au siège de l'UEFA, à Nyon en Suisse.
avatar
Re: Candidature Euro 2016
Message le Dim 27 Déc - 22:04 par Selmac
Candidature de la France Euro 2016
Gros plan sur les 12 villes

Le mercredi 11 novembre 2009, le Conseil Fédéral a dévoilé les noms des 12 villes retenues pour la candidature de la France à l'organisation de l'Euro 2016. L'UEFA annoncera le pays retenu pour l'organisation de ce Championnat d'Europe le vendredi 28 mai 2010.
avatar
Re: Candidature Euro 2016
Message le Jeu 3 Déc - 15:07 par Selmac
Candidature Euro 2016
Une avancée significative
Mercredi matin, Nicolas Sarkozy, Président de la République, a reçu les maires des villes candidates à l'Euro 2016 pour leur faire part de la répartition des 150 millions d'euros que l'Etat consacrera, quoiqu'il arrive, à la modernisation des enceintes sportives. La FFF se réjouit de cette contribution significative de l'Etat au grand projet national que constitue cette candidature. Ce mercredi 2 décembre 2009 restera un grand jour pour notre football.
avatar
Re: Candidature Euro 2016
Message le Ven 9 Oct - 13:29 par Selmac
Clique pour la FRANCE


http://tousensemble2016.fff.fr/vinclude/euro2016/click/index.php?support=fff.fr
Re: Candidature Euro 2016
Message  par Contenu sponsorisé
 

Candidature Euro 2016

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Du côté de la rascasse :: Saison 2012/2013 :: 
-
Sauter vers: