AccueilPortailGalerieFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Le Sporting interdit de compétition nationale !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Selmac

avatar

Nombre de messages : 4963
Date d'inscription : 24/08/2005

31052011
MessageLe Sporting interdit de compétition nationale !

INFO : DNCG

Le STV était auditionné ce matin par la DNCG sur l'état de ses comptes financiers.



http://www.fff.fr/common/bib_res/ressources/420000/8000/110531161740_rd310511cfcc.pdf

La commission fédérale de contrôle vient de rendre son procès-verbal: le Sporting Toulon Var est exclu de toute compétition nationale.
En conséquence le STV ne pourra pas repartir en CFA lors de la prochaine saison, ni même en CFA2.
Au mieux le club azur et or pourrait rebondir en Ligue Méditerranée dans laquelle évolue son équipe réserve (DHR).

Le STV s'était présenté ce matin à Paris avec certains éléments concrets dans son dossier: Un accord de rééchelonnement de la dette fiscale contractée auprès de l'URSSAF avait été négocié avec les organismes sociaux compétents. De même, la procédure d'alerte initiée par les commissaires aux comptes auprès du Tribunal d'Instance avait été récemment levée du fait principalement des mesures de réduction des dépenses entreprises par le club.

Après étude du dossier, la DNCG a pris une décision de sanction. Les dirigeants du Sporting ont manifesté leur intention de faire appel de cette décision dans les plus bref délais.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

 Sujets similaires

-
» Télémètre en compétition de club.
» Flèche pour débuter la compétition.
» Don de sang et compétition?
» [Moto2] MG Compétition
» Le premier aileron en compétition
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Le Sporting interdit de compétition nationale ! :: Commentaires

En allant devant le CNOSF le Sporting sera en CFA lors de la composition des groupes.
Le club ensuite peut espérer évoluer en CFA2 ce qui ressemblerait au cas de Besançon il y a 2 ans.
Entre amertume et volonté de s'en sortir...


Nicolas Rouvre: "Les Socios ne lâcheront pas !"

L'association des Socios du STV exprime par l'intermédiaire de son président N.Rouvre le communiqué suivant: "L'association des Socios du STV prend acte de la décision de la DNCG. Nous déplorons la situation dans laquelle se retrouve le club et l'accumulation de promesses non tenues et ce malgré des courriers rappelant les engagements pris par les différentes parties.
La chute du STV ne peut qu'être une mauvaise nouvelle pour l'ensemble des supporters et plus spécifiquement pour les 250 Toulonnais qui ont investi de leurs deniers personnels au sein de la SASP Sporting Toulon Var.
Cette société à sa création était porteuse de développement du Sporting alors que le club était aux portes de la Ligue 2, jouant les premiers rôles. Nous espérons que des investisseurs nouveaux vont reprendre ce projet et apporter les ressources nécessaires à sa remise en avant, tout comme l'ont toujours fait les collectivités locales, en particulier la mairie de Toulon, et ce de manière indéfectible.
Le Sporting a par le passé connu de grands échecs et des renaissances. Les Socios ne lâcheront pas et apportent leur soutien à toute initiative qui pourrait sauver le club. Nous espérons et croyons encore en une issue positive lors de l'appel devant le CNOSF et souhaitons que toutes les forces Toulonnaises et d'ailleurs soient unies.
L'AG du 15 juillet prochain devrait acter nombre de changements et ouvrir, nous le demandons, un nouveau départ."

Noëlle Mouton: "Les Fedelissimi ne baissent pas les bras..."

Abattus et déçus de la triste situation dans laquelle se retrouve le club azur et or, le groupe de supporters Fedelissimi Toulon ne jette pas pour autant l'éponge et reste mobilisé pour l'aider à se maintenir en CFA: "Tant qu'on a un souffle, on ira jusqu'au bout. On ne baisse pas les bras, on ne lâche rien" déclare N.Mouton, la responsable de communication du groupe ultra.
Les Fedelissimi ont publié le communiqué suivant: "Suite à la décision de la DNCG, les FT sont désarmés mais ne s'avouent pas vaincus. En première ligne en mairie et dans les médias pour sauver le club, le groupe restructuré avec son nouveau président ne sait plus quoi faire et se voit inévitablement de retour en 1998, date de sa création.
Mais une chose est sûre: Nous soutiendrons le club lors de son appel au Comité Olympique et même en DHR nous y seront, comme en 98, notre passion n'a pas de division.
Forza Tolone. Ultra Tolone per sempre."

Les Irréductibles Toulon: "Un terrible gâchis !"

Si Thierry Garcia, membre du directif des IRD, souhaite que le recours du STV devant le CNOSF aboutisse favorablement "pour sauver le club", il constate le gâchis dont ont fait preuve les dirigeants.
Par voie de presse les Irréductibles Toulon 93 ont établi le communiqué suivant: "Cette déchéance résulte d'un club géré de façon surréaliste par des dirigeants totalement amateurs et ne connaissant rien au football.
Petit à petit, le déficit du club a été dévoilé. Les erreurs successives de gestion: Masse salariale ahurissante, nombreux salariés administratifs au sein du club, prud'hom inutiles et coûteux voués à être perdus, bilan sportif catastrophique ont plongé le club dans une spirale dont l'issue semblait inéluctable.
Nous avions toujours un espoir secret de sauvetage, les beaux parleurs ont eu raison de notre passion en nous faisant miroiter des jours meilleurs. Une fois de plus nous sommes les victimes de ce terrible gâchis. A croire que la 15ème ville de France n'aura jamais son grand club de football."

En attendant le pourvoi devant le CNOSF...



Sporting: La nouvelle saison se prépare en coulisses

Sous le coup d'une implacable sanction de la DNCG, à savoir l'exclusion de compétition nationale, le STV attend d'être fixé sur son sort en soumettant son dossier à la conciliation, voire à l'arbitrage du Comité National Olympique et Sportif Français par l'intermédiaire de la Chambre Arbitrale du Sport.

En attendant la décision de cette haute autorité, le STV se doit d'anticiper autant qu'il le peut ses graves problèmes administratifs et financiers en préparant son intersaison sur le plan sportif.
Dès qu'ils ont été contacté pour prendre en charge l'équipe fanion du Sporting, Luigi Alfano et Cédric Charlet ont fait un tour d'horizon des joueurs susceptibles d'évoluer sous les couleurs azur et or et ont noué certains contacts sans avoir aucune assurance quand à l'avenir immédiat du club.
L'arrivée d'un investisseur Lyonnais, Claude Joye qui rachèterait la majorité des parts de la SASP et ainsi procéderait à une ouverture de capital en fonds propres (la décision de procéder à cette augmentation est à l'ordre du jour de l'AG Extraordinaire des actionnaires du 15 juillet prochain) bouleverse la donne et accélère certaines choses. Le président de l'US Feurs a délégué à son directeur sportif Hervé Parizot, la tâche d'organiser l'intersaison et il était hier soir à Bon Rencontre en compagnie de Cédric Charlet et Jean-Claude Grasso pour recevoir individuellement plusieurs joueurs composant l'effectif de la saison précédente et plusieurs autres arrivant de l'extérieur.
La reprise officielle des entraînements est prévue pour le lundi 11 juillet.

Dans le même temps, le planning du STV2 est déjà quasiment bouclé avant le début du championnat.
Dès la fin du précédent exercice Jean-Claude Grasso s'est projeté vers le suivant, sans avoir aucune certitude. A ce jour, hormis le défenseur Anthony Colin et l'attaquant Ismahin Chadli qui s'en vont vers d'autres cieux, le reste de l'effectif qui a brillamment assuré son maintien en DHR et atteint la demi-finale de la Coupe du Var répond présent malgré de nombreuses sollicitations de part et d'autre.
La reprise de l'entraînement est programmée pour le 26 juillet et d'ors et déjà ce sont cinq matchs amicaux qui ont été conclu pour préparer le groupe avant l'ouverture du championnat le 4 septembre.
Le site de l'association reviendra prochainement en détail sur les dates et les adversaires du STV2 lors de ces matchs de préparation.

Concernant les U17 qui vont évoluer en Nationaux cette saison, le coach Mohamed Hachfi à reçu l'assurance que la mesure d'exclusion de la DNCG ne concernait que l'équipe fanion du club, sauf si ce dernier devait déposer le bilan.
Les détections établies depuis plusieurs semaines ont permis de nouer de nombreux contacts mais des problèmes de logistiques induits par la délicate situation financière du club perturbent quelque peu la mise en place du groupe.

Quoiqu'il en soit, les cadres sportifs du STV se démènent pour préparer ce qui peut l'être bien qu'une grande partie du résultat de leurs efforts reste conditionnée au verdict que rendra le CNOSF dans les jours à venir...

PREMIER COMMUNIQUER OFFICIEL DU CLUB

Le Sporting rétrogradé en Ligue Méditerranée

Condamné en première instance par la DNCG à être exclu de compétition nationale, le STV a vu sa sanction confirmée en appel devant la commission fédérale de contrôle. Pour l'heure le Sporting est remis à disposition de la Ligue Méditerranée qui décidera à quel niveau (DH ou DHR) évoluera le club en début de saison prochaine.

Manifestement le plan de redressement élaboré par le président Bataillé et soutenu financièrement par le nouvel investisseur Claude Joye n'a pas convaincu les experts de la DNCG, bien qu'un accord ait été trouvé récemment concernant le rachat des parts de l'actionnaire principal Alain Bencivengo.

L'ensemble des actionnaires de la SASP doivent se réunir très prochainement en Assemblée Générale extraordinaire pour délibérer sur l'indispensable augmentation de capital de l'ordre de 300000 euros qu'entend entreprendre C.Joye pour combler en grande partie le déficit des comptes. Les actionnaires seront aussi appelés à se prononcer sur l'ouverture du conseil d'administration à de nouveaux administrateurs afin d'acter juridiquement les importants changements qui se réalisent au sein de la SASP.

Entre temps, une fois reçu les motivations écrites de la décision de la DNCG, le STV va se pourvoir devant le Comité National Olympique et Sportif Français afin de faire constater le bien fondé des mesures qu'il met en oeuvre pour redresser une délicate situation qui n'a que trop durée.
Vers un dépot de bilan iminent ?



En cas de dépot de bilan le Sporting pourais se voir interdit d'accéder en championnat fédéral avant 3 ans. Généralement la DNCG nous y obligeras, ils le font pour les clubs qui ont déposé le bilan plusieurs fois en 10-15 ans.
LE SPORTING RENVOYE EN LIGUE MEDITERRANEE !



Le verdict en appel de la DNCG vient de tomber comme un couperet: La commission fédérale de contrôle confirme sa décision en première instance d'exclure le STV des compétitions nationales.
Apparemment le plan proposé par les dirigeants du club soutenus par l'arrivée impromptue d'un investisseur/repreneur n'a pas convaincu les experts financiers de la DNCG. De fait le Sporting est remis à disposition de la Ligue Méditerranée qui décidera à quel niveau évoluera le club azur et or cette saison.

Cette terrible sanction résulte de la délicate situation financière du club qui cumule un important déficit dont le chiffre n'a pas été clairement défini. De 400000 euro pour les uns à plus d'un million pour les autres, la DNCG a tranché et rétrograde le club au niveau régional qui avait été le sien après la liquidation judiciaire de 1998.

Il parait désormais évident que cette nouvelle sanction va avoir d'importantes répercussions sur le devenir immédiat du club à la rascasse: L'investisseur Lyonnais C.Joye maintiendra t-il son offre de rachat ? Quel sera le budget pour la saison à venir dans la mesure où la comptabilité du club n'est pas certifiée pour l'heure par un commissaire aux comptes ?
Les collectivités territoriales ne devraient pas reconduire en l'état les mêmes subventions en décembre prochain ce qui pourrait entraîner la cessation de paiement de la SASP et une nouvelle procédure de liquidation devant le Tribunal d'Instance.

Nul doute que la prochaine Assemblée Générale Extraordinaire des actionnaires prévue pour le 15 juillet prochain devrait être tumultueuse et annonciatrice d'importantes décisions. La situation devra s'éclaircir ce jour-là.

D'ici là, le club fera t-il appel de la décision de la DNCG devant le Comité National Olympique et Sportif Français comme l'avait suggéré le président Bataillé à l'issu de la réunion en mairie, le 8 juin dernier ?
Toulon exclu des compétitions en appel

http://www.fff.fr/common/bib_res/ressources/420000/8500/110704100102_relevededecisions010711appel.pdf

Les espoirs toulonnais se sont éteints ce matin avec la décision de la commission d'appel de la DNCG. Toulon. Le club est exclu de toutes compétitions nationales. Cela signifie que le club devrait repartir au niveau de sa réserve en DHR. Le club peut encore faire appel de la décision devant le CNOSF et le Tribunal Administratif mais au vu de la situation compliquée financièrrement, on voit mal le club se maintenir en CFA. Triste constat pour un club qui avait réussi à remonter en National avant de retomber en CFA.

Assemblée générale extraordinaire le 15 juillet à 18h :



afin de délibérer sur l'ordre du jour :

- augmentation de capital en numéraire à hauteur de 300 000 € et délégation à donner au CA de procéder à ladite augmentation

- modifications corrélatives des statuts

- ouverture du CA à de nouveaux administrateurs

- questions diverses

- pouvoirs
Le Sporting pause un utimateum à la dncg .

L'organisme financier du foot préfère du concret à des promesses... parce que le lyonnais n'a à cette heure versé aucun euro dans les comptes du club...

je sais pas si la dncg apprécie ce genre de chantage: on mets de l'argent que si vous nous maintenez...
Un article sur le repreneur du Sporting :

http://www.foot42.fr/PAFAF-l-ASF-Andrezieux-et-l-US-Feurs-ne-feront-plus-qu-un_a794.html

l'ASF Andrézieux et l'US Feurs ne feront plus qu'un...

L’ASF Andrézieux et l’US Feurs ont officialisé leur union hier pour donner naissance au PA Forez-Andrézieux-Feurs (PAFAF), qui aura comme premier objectif la Ligue2 d'ici deux ans.


Greg Durieu (président de l'ASF Andrézieux) et Claude Joye (Président US Feurs) ont désormais le regard tourné vers la L2...

Greg Durieu (président de l'ASF Andrézieux) et Claude Joye (Président US Feurs) ont désormais le regard tourné vers la L2... La rumeur courrait depuis un certain temps déjà…
Elle a été officialisée hier au cours d’une Assemblée générale extraordinaire et constitutive qui s'est déroulée au Casino de Montrond les Bains : l’ASF Andrézieux et l’US Feurs vont unir leur destin pour donner naissance au PA Forez-Andrézieux-Feurs (PAFAF).
Qui l’eut crût il y a quelques mois de cela, entre deux clubs que tout oppose.
Mais la chose a été rendue possible par les ambitions communes des deux présidents : accéder à la Ligue2 dans un futur très proche pour occuper dignement le futur stade de 25 000 places prévu dans la plaine du Forez.
« Nous nous étions croisés lors d’une rencontre à Geoffroy-Guichard, expliquaient de concert Claude Joye et Greg Durieux, les deux présidents en place. Nous avions évoqué un possible rapprochement sur le ton de la plaisanterie, avant d’envisager plus sérieusement les choses. Un constat s’est rapidement imposé : nous ne pouvons pas arriver séparément au professionnalisme que nous visons. Nos budgets respectifs nous autorisent à viser tout au plus un «petit » National. En les empilant, ça change tout, d’autant que les deux municipalités adhèrent complètement au projet et qu’un investisseur asiatique souhaitant s’implanter en France s’est engagé avec nous. »


Sébastien Pérez et Dominique Casagrande devraient selon toutes vraisemblances piloter l'équipe fanion...

Un budget à 10 millions d'euros, à l'horizon 2012
Sébastien Pérez et Dominique Casagrande devraient selon toutes vraisemblances piloter l'équipe fanion... Une bonne nouvelle donc pour tous les passionnés de ballon rond dans la Loire, qui pourraient avoir une alternative professionnelle à l’AS Saint-Etienne.
« Attention, préviennent les deux hommes forts du nouveau club, nous ne voulons en aucun cas nous positionner comme des concurrents de l’ASSE. Nous voulons créer quelque chose de différent. »
Forcément, dans ce type de situation, tout est en double, des dirigeants aux staffs techniques en passant par les joueurs et… les intendants.
Pour ce qui est de la présidence, le binôme Durieu-Joye dirigera le futur PA Forez-Andrézieux-Feurs, tandis que coté staff technique, Hervé Revelli et Stéphane Santini resteront largement impliqués : le premier comme manager général du club, le deuxième comme directeur technique.
Le nom du futur entraîneur n’a pas été dévoilé durant la réunion d’hier. Mais il se murmure en coulisse que Dominique Casagrande, l’ancien portier des verts, devrait occuper la fonction.


Le futur stade de la Plaine du Forez pourra accueillir 25000 spectateurs...

Toujours selon nos sources, il pourrait être assisté de Laurent Paganelli, qu’il côtoie régulièrement sur Canal+, et de Sébastien Pérez, qui sortirait de sa retraite dorée dans le sud.
Reste le cas des joueurs. Tous devraient se voir proposer de débuter l’aventure en mai-juin prochain.
« Nous aurons une équipe en CFA et un autre en CFA2 pour commencer, explique Hervé Revelli. L’objectif sera de faire grimper les deux dès la première saison. Nous aurons donc besoin de tout le monde. »
Un train est donc parti hier : la gare d’arriver immédiate est la L2 dans deux ans.

* : le budget 2010-2011 devrait être de cinq millions d’euros pour passer à vingt en 2011-2012 avec l’entrée de l’investisseur asiatique.
AB à vendu ces actions:

Un cabinet comptable Lyonnais ayant pu s'entendre avec AB pour lui racheter ces parts a hauteur de soixante pour cent et un épongement de l'ardoise, voilà des garanties solides et suffisantes et un prévisionnel qui tienne la route, c'est ce qu'attend la DNCG . Maintenant attendons la décision de la DNCG.Dans le cas du maintient de la sanction la DNCG tue encore un club de foot suplémentaire la liste est longue vive le foot Italien et Espagnol.
Les repreneurs, associés, à un club Lyonnais !

Veillée d'armes...

Le Sporting à l'épreuve de la DNCG

Il y a quelques jours, le site de l'association des Socios du STV se faisait l'écho de discussions avancées tripartites entre l'actionnaire majoritaire de la SASP STV A.Bencivengo, le président du Sporting P.Bataillé et un mystérieux investisseur de la région Lyonnaise en vue du rachat d'une majorité des parts du STV.

A quelques heures du passage devant la commission d'appel de la DNCG qui déterminera si le Sporting pourra évoluer ou non en championnat CFA cette saison, il semblerait qu'un accord ait été trouvé au dernier moment entre les différents protagonistes: A.Bencivengo aurait vendu ses parts à celui qui deviendrait le nouvel homme fort du club azur et or. Malgré l'extrême discrétion qui a entouré les négociations, ce dernier pourrait être le président de l'US Forézienne, Claude Joye (information non officielle).
Président du club de Feurs (9ème en CFA2, 2010/11), C.Joye et son directeur Sportif H.Parizot ont pris contact ces derniers temps avec la direction du STV, certains cadres techniques du club ainsi que d'autres susceptibles de le devenir.

L'accord qui aurait été signé ce jour est un grand pas vers le maintien du STV en CFA dans la mesure où il s'accompagnerait d'un important apport financier visant à couvrir en partie le déficit du club azur et or.
Les experts comptables de la fédération seront-ils d'accord avec le montage financier initié par P.Bataillé et porté par les fonds du nouvel investisseur providentiel ? La réponse sera donnée dans les heures qui viennent après l'audition des représentants Toulonnais au siège de la DNCG à Paris.
Dans cette optique, et afin de concilier les forces vives du STV, le directif du groupe de supporters Fedelissimi Toulon a fait parvenir à la mairie la demande de soutien suivante, déposée au bureau de mr Camelli: "Ayant rencontré les deux protagonistes principaux du Sporting, ne voulant pas que notre club pâtisse d'un problème de personnes et à la vue du projet de reprise, nous vous demandons votre soutien lors du passage de notre dossier à la DNCG, le 1er juillet.
Nous nous devons d'être unis et derrière Toulon. Notre club doit vivre en CFA et non mourir !".

"Unis vers l'avant", telle est la devise du club de Feurs, entraîné par un certain H.Revelli, ancien international tricolore au palmarès impressionnant comprenant entres autres sept titres de champion de France. Cette unité est belle et bien demandée et partagée par l'ensemble des supporters azur et or à la veille d'une décision administrative primordiale pour le Sporting.





Dernière édition par Selmac le Dim 3 Juil - 9:44, édité 1 fois
Malheureusement aucune nouvelle n'est tombé, en esperant que tout se soit bien passé,rien ne sortira avant vendredi 1er Juillet et l'appel de la dncg.
Découvrez le relevé de décisions de la DNCG en date du 28 juin 2011

http://www.fff.fr/common/bib_res/ressources/420000/8500/110628165148_relevededecisions280611cfcc.pdf

LA VITREENNE FC
DECISION : Rétrogradation.



Le miracle auquel on ne croyait plus devrait officiellement se produire aujourd'hui , en esperant que ce coup-ci, ça fasse changer les choses, et en mieux, même en sachant que la saison prochaine va être extremement compliqué en DHR ou en CFA ? quoiqu'il arrive.

P.Bataillé: "Le vrai combat, c'est sauver le club.."



A quelques jours du fatidique appel (le vendredi 1er juillet prochain) devant la DNCG de la décision d'exclure le STV de toutes compétitions nationales, le président Pascal Bataillé a rencontré une délégation de supporters et des représentants de l'association des Socios pour faire un point sur les enjeux devant la commission de contrôle fédérale.
Ces derniers sont multiples: Maintenir le Sporting au meilleur niveau de compétition possible, assainir l'aspect financier du club et lui donner les moyens de relancer une dynamique durable dans le temps.

Maintenir le club en CFA est la priorité absolue pour les dirigeants du STV et un souhait partagé par l'ensemble des supporters azur et or, surtout en rapport aux conséquences chaotiques tant sportives, qu'administratives et financières qu'auraient sur le sporting une relégation en Ligue régionale au niveau DH voire DHR.
Seulement depuis plusieurs saisons la situation économique du club s'est dégradée pour de multiples motifs et son image s'est sensiblement ternie vis à vis des supporters, des collectivités territoriales et des instances sportives.
L'arrivée de P.Bataillé à la tête du STV a permis au club de franchir certains obstacles, notamment en obtenant en appel l'annulation de la mesure de rétrogradation de l'équipe première en CFA2 en juin 2009.
Aujourd'hui la situation est encore dramatique devant la DNCG qui exige, entre autre, que le président du STV soit majoritaire dans l'actionnariat de la SASP. Le rachat des parts d'A.Bencivengo qui était acté pour juin 2010, l'augmentation de capital qui aurait dû intervenir en décembre n'ont pas été réalisé mettant la commission de contrôle en alerte vis à vis du club d'autant plus que les chiffres de son déficit financier se sont affolés entre temps.
En début d'année des mesures drastiques d'économie ont été faites (-13000 euro par mois) et produites devant la DNCG qui lui ont permis d'obtenir l'arrivée de l'attaquant Y.Di Tommaso malgré la mesure d'interdiction de recrutement qu'a prononcé la commission.
En appel le premier juillet prochain "le vrai combat, [sera de] sauver le club et lui permettre de tout remettre à plat pour lui donner les moyens de ses ambitions" déclare le président Bataillé.

Comment y parvenir ?
En septembre dernier, le président Bataillé a demandé l'avis d'un second commissaire aux comptes et à fait appel en octobre à un expert-comptable pour établir la réalité des chiffres concernant le déficit réel du STV.
Le président veut s'appuyer sur un chiffre concret (il estime le déficit aux alentours de 400000 euro), sur un exercice 2010/11 "dans les clous" (- 26000 euro) et sur un projet de redressement sur trois ans en renégociant toutes les dettes sociales du club (L'URSSAF de Toulon déclare s'y engager) pour obtenir satisfaction devant la DNCG.
Il serait en contact avancé avec un investisseur de la région Lyonnaise, déjà propriétaire d'un club de football qui souhaiterait investir dans le sporting en rachetant les parts d'A.Bencivengo (soit plus de 60% des actions de la SASP) et en mettant un apport considérable pour combler le déficit (la somme de 300000 euro a été évoquée). Une réunion qui doit finaliser l'accord entre cet investisseur et A.Bencivengo est prévue ce week-end.
Enfin, le président Bataillé souhaiterait désormais mettre en place un projet de holding financière autour du Sporting et de sa SASP ayant pour base des projets immobiliers liés au secteur professionnel du président.
Cette holding pouvant être a terme le poumon financier du club qui lui assurerait les ressources nécessaires pour jouer véritablement l'accession sportive en division supérieure.
En attendant, si toutes les conditions étaient réunies, le STV démarrerait son championnat 2011/12 en CFA avec pour seule ambition un maintien ambitieux avec un effectif composé en grande partie de jeunes formés au club et encadrés par quelques joueurs revanchards plus expérimentés...

Entre inquiétude et espoir, l'avenir proche du Sporting demeure toujours incertain, mais la solution aux problèmes reste dans les mains de tous ceux qui disent aimer le club azur et or. Devant l'imminence du péril et des sanctions, si chacun trouvait l'unité indispensable pour porter les couleurs (et seulement cela) du STV alors la neuvième agglomération Française pourrait de nouveau parler football.

Comment réussir son pourvoi :

1) le Sporting doit se presenter en appel devant la DNCG. Pour réussir son pourvoi le club doit:
- trouver un nouvel investisseur qui ait racheté les actions de l'actuel actionnaire majoritaire
- avoir un apport à investir de l'ordre de 150000 à 200000 euro
- présenter un plan draconien d'austérité pour résorber le déficit de ses comptes
- compter sur la mansuétude de la commission de contrôle fédérale...

2) le Sporting doit présenter à la mairie des comptes certifiés par un commissaire aux comptes. Pour ce faire le club doit:
- fournir les documents financiers demandés par les commissaires aux comptes
- faire valider par la commission ad hoc un echelonnement de sa dette sociale vis à vis de l'URSSAF
- présenter des comptes potentiellement équilibrés (c'est à dire que les actifs puissent recouvrir en cas de besoin le passif)
- faire lever la procédure d'alerte mise en route auprès du tribunal d'instance

Si l'un des deux défis n'est pas réalisé, la mairie ne versera pas la subvention (soit dans sa totalité, soit en partie) et la S.A. ne pourra faire face à aucun de ses engagements ce qui impliquerait soit une procedure de redressement soit de liquidation judiciaire.
Dans le dernier cas cela signifierait une cessation d'activité et sa disparition. Etant donné la convention qui unie la S.A. et l'association STV, le club serait solidaire de la destinée de la société donc disparaitrait également sous sa forme actuelle.
Comment pourrait'on s'en sortir quand Angers en ligue 2 avec un beau parcours en coupe à du mal a trouver un investisseur....



quand Strasbourg, capitale de l'europe,avec un palmares autrement plus fournis que le notre va déposer le bilan
quand Grenoble qui était encore en ligue 1 il y a deux ans et qui possède un petit joyau de stade va disparaitre....
quand Gueugnon, place forte du foot français depuis des decennies ,qui jouait dans un stade neuf de 20 000 places avec loges, parking privé etc,etc...n'existe meme plus
quand Gap, Pacy sur eure avec un déficit beaucoup moins important que nous et en national vont etre rétrogradés....
bref, je me demande comment on pourrait s'en sortir??
et puis, je me demande si notre chauvinisme ne nous rends pas aveugle...
car franchement entre investir dans ce club ruiné,pourris de l'intérieur,sans trop d'infrastructure, qui vit dans l'ombre d'un rct ,dont la grande majorité des habitants ne jurent que pour l'xx,et qui a toujours été miné par les interets personnels avant tout, ...............et investir dans un des clubs cités au dessus......y'a pas photos!!!!!!
et le pire, c'est que meme nous, les derniers des derniers, que l'on aillent ou pas au stade, meme nous, on y croit plus!!!!!
Le maire est resté sur une position juridique claire et cette fois Bataillé n'a pu vendre son miroir aux alouettes. En clair, on va repartir en DH avec une nouvelle association.
Cela dit c'est sans doute une solution qui n'est pas pire que celle de Bataillé consistant à apurer sur trois ans la dette et à ne jouer qu'avec des joueurs de DHR. Cela signifie une ou deux descentes sportives et un passif incertain pour être en DH...dans deux ans.
Vers le dépôt de bilan...?



Réunis à la mairie de Toulon hier matin, le maire Hubert Falco avec plusieurs élus de l'agglomération et du département , les dirigeants du Sporting (président de la S.A. et de l'association), les commissaires aux comptes ainsi que les représentants des associations se sont rencontrés afin de faire le point sur les déboires financiers du club et sur la sanction sportive que lui a infligé la DNCG.

H.Falco: "La situation est dramatique !"

Le maire faisait état dans un premier temps d'un abyssal déficit cumulé des comptes de l'association et de la S.A. du STV en se basant sur les chiffres apportés par les commissaires aux comptes. En dépit d'un important soutien sans faille des collectivités territoriales, le passif s'élèverait à un peu plus d'un million d'euros mettant le premier magistrat de la ville dans une "situation inconfortable qui me blesse, qui blesse tous les Toulonnais" a t-il précisé.
H.Falco affirme qu'il ne pourra plus verser de subventions au Sporting si son bilan n'est pas certifié par un commissaire aux comptes, ce qui pourrait être assimilé dans le cas contraire à un soutien abusif voire à un comblement de passif.

P.Bataillé: "Je me bats pour rétablir les chiffres..."

Le président de la S.A. a réfuté les chiffres annoncés par les commissaires aux comptes se basant sur l'expertise du comptable du club. Le déficit s'élèverait en fait autour des 400000 euros et P.Bataillé a jeté les bases d'un plan de redressement des comptes sur une période de trois ans.

S'en est suivi un vif débat sur la réalité des chiffres, l'opacité de ceux-ci et de leur mode de calcul à travers les résultats divergents de l'expert comptable et des commissaires aux comptes.

Au final, le maire s'en remet aux efforts des dirigeants du club pour présenter des comptes pouvant être certifiés et leur réussite en appel devant la DNCG, conditions sine qua non du maintien des subventions. En dépit de cela, chacun devra assumer ses responsabilités et si le STV venait à subir une nouvelle procédure de liquidation, comme celle de 1998, la municipalité s'engage a relever le club sous une forme uniquement associative.

Plus que jamais le compte à rebours continu son inexorable décompte vers une chute annoncée tant les conditions pour sa survie paraissent bien difficiles à être réunies.
La balle est dans le camps du président P.Bataillé et de l'actionnaire majoritaire A.Bencivengo pour trouver une solution fiable et pérenne qui puisse sortir le Sporting de l'impressionnante ornière dans laquelle ils l'ont jeté et qui se referme de plus en plus sur lui.
Le temps presse, le temps manque mais pas les rumeurs d'improbables repreneurs/investisseurs.
Sils existent, c'est maintenant... Ou se sera trop tard.

Read more: http://www.lessocios.net/#ixzz1P2OKim8z
La mairie au chevet du Sporting ?

"Il est enfin temps de prendre les mesures qui s'imposent à tous les niveaux..."



Ce matin le maire de Toulon Hubert Falco convoque les dirigeants du STV, les représentants des associations de supporters ainsi que ceux des Socios.
Il entend obtenir des explications sur la situation financière du club, sur la sanction de la DNCG qui l'a frappé la semaine dernière et sans doute définir quel sera le rôle du principal bailleur de fonds dans la résolution de cette crise qui couve depuis l'annonce officielle de l'important déficit des comptes du club en décembre dernier.

Aujourd'hui l'heure est grave: le Sporting est exclu de compétitions nationales et dans l'attente du résultat de l'appel interjeté à la DNCG il ne connaît ni ne maîtrise son destin, pas plus maintenant qu'il y a six mois, lors de l'AG extraordinaire des actionnaires du club.
Le président Bataillé clamait alors l'impérieuse nécessité de trouver ensemble les solutions pour permettre au Sporting d'avoir les moyens financiers de ses ambitions, à savoir l'accession en National, tandis que le maire indiquait avec beaucoup de conviction que "la ville ne laissera pas tomber le club" mais qu'on "avait pas le droit avec de l'argent public de boucher des trous". Enfin il en appelait à du changement "On ne peux pas continuer comme cela... Il est enfin temps de prendre les mesures qui s'imposent à tous les niveaux... Il faut un club bâti sur du solide !"*

La situation n'a guère évoluée entre-temps et désormais il convient de déterminer les responsabilités des uns et des autres pour tenter de sauver ce qui peut l'être.
La réunion de ce matin le permettra t-elle...?

LE SABORDAGE DE TOULON



Champion de France des relégations administratives, le STV finit toujours par perdre en coulisses les divisions qu’il gagne sur le terrain.
Le sabordage a peut-être commencé avec les relégations administratives de 1993 et 1998, et la dissolution du "Sporting Club de Toulon" qui en a résulté... À moins que ce ne soit, depuis, avec les conflits qui opposent actionnaires, présidents, repreneurs, URSAFF, commissaires aux comptes, décideurs publics, presse quotidienne régionale…



Fin 1998, la FFF autorise Alain Bencivengo, expert-comptable local, à reprendre le club qui vient d’être dissous. Sportivement, il permet de sortir de DH et de se stabiliser en CFA – avec une pige de deux saisons en National en 2005-2007. Pour les supporters, qui ont quitté la D1 en 1993, cette stabilisation commence à ressembler à une stagnation. Dans les bureaux, son action est contestée, à la fois par certains actionnaires minoritaires de la SASP (qui gère administrativement et financièrement le club), par l’association du STV (qui détient le numéro d’affiliation du club à la FFF) [1], et par les décideurs publics, au premier rang desquels le sénateur-maire de Toulon Hubert Falco [2]. D’une part en raison des résultats sportifs jugés insuffisants, d’autre part en raison d’engagements mal tenus: investissement financier et humain dans la formation, assainissement de la gestion du club.

Changement de présidence, pas de gestion

Depuis 2009, la présidence du club est donc confiée à l’un des membres du conseil d’administration du club, Pascal Bataillé. Mais sa gestion ne semble pas meilleure: quatre entraîneurs et quatre gardiens de but mis sous contrat pour une équipe en CFA, un audit managérial par Robert Nouzaret, et deux saisons plus tard, le club ne remonte toujours pas en National. Fin décembre 2010, alors que l’équipe première peut encore rêver de National, la presse révèle que les éducateurs du club n’ont pas été payés pour le mois en cours: le club affiche alors un déficit de 600.000 euros, répartis en escomptes de subventions du Conseil régional, en régulations de l’URSAFF, en règlement prud’homal des conflits avec d’anciens salariés du club, et en déficit d’exploitation (de l’ordre de 100.000 euros tous les six mois).

Pour y répondre, Pascal Bataillé promet de mettre en œuvre l’augmentation de capital d’au moins 100.000 euros annoncée lors de son entrée en fonction. Mais Alain Bencivengo, qui est toujours actionnaire majoritaire du club, s’y oppose: une émission de nouvelles actions ferait chuter la valeur des siennes, et pourrait lui faire perdre la majorité au sein de la SASP. Aussi, dès janvier 2011, le club s’emploie à économiser 10.000 euros par mois, notamment sur la masse salariale (baisse de salaire des entraîneurs, départ de joueurs et de membres du staff). Par ailleurs, il s’emploie à récupérer l’indemnité de formation de Sébastien Squillaci – à partager avec les clubs de La Seyne-sur-Mer et de l’AS Monaco – à la suite de sa mutation de l’OL au FC Séville, ainsi que la redevance sur son transfert du FC Séville à l’Arsenal FC: quelques 150.000 euros. La FFF a par ailleurs refusé que le joueur reverse au STV ses 56.000 euros de prime de la Coupe du monde 2010.

Promesses d’incertitudes

C’est alors que se mettent à refleurir des projets de reprise du club, les potentiels repreneurs entendant exploiter la perte de crédit de l’actionnaire majoritaire et de l’actuel président. La presse évoque notamment l’intérêt de Jean-Marc Conrad, président démis l’été dernier de l’AC Arles-Avignon, et Laurent Gaya, ancien responsable d'Uhlsport France, membre du conseil d'administration du STV depuis huit ans, et qui viendrait accompagné de Robert Nouzaret. Mais Pascal Bataillé présente début mai aux décideurs publics un plan de redressement du club sur trois ans – alors qu’il en a déjà perdu deux –, découvrant qu’il est possible de réduire la masse salariale du club en intégrant à l’équipe première des jeunes du centre de formation [3]. Secrètement, il espère peut-être récupérer des indemnités de formation sur un hypothétique transfert à l’étranger de Bafétimbi Gomis (OL) ou de Josuha Guilavogui (ASSE). Enfin, il ne manque pas l’occasion de jouer sur la corde sensible toulonnaise en évoquant un retour à la tête de l’équipe première de Luigi Alfano – qui fête son jubilé ce 11 juin à Bon Rencontre.



Mais alors même qu’ils la craignaient tous, ils ne l’ont pas vu venir: par décision de la DNCG en date du 31 mai 2011, le STV est exclu de toutes les compétitions nationales. Il jouerait donc, l’an prochain, en championnat de Ligue (DH ou DHR). Si le club attend toujours que lui soient faxés les motifs de cette décision, ses causes sont déjà connues: quelques efforts ont bien été faits ces derniers mois, mais la gestion du club est depuis trop longtemps calamiteuse. De plus, le sursis accordé en fin de saison dernière à Pascal Bataillé par la DNCG était entre autres soumis à la promesse par ce dernier de racheter les parts d’Alain Bencivengo, afin d’assainir et de clarifier le budget issus de la SASP. Il n’en a rien été, et cette fois-ci, les actionnaires devraient lâcher le président.

Et côté football ?

Tant d’histoires qui donnent trop de bonnes raisons de ne pas parler de football. Pourtant, l’équipe première était composée cette saison de bons joueurs de football: Algassimou Baldé (international guinéen), Guillaume Boronad (ex-Girondins de Bordeaux), Stephen Ettien (post-formé à l’OL), Yohan Di Tommaso (qui a connu D2 et National) et l’infatigable Grégory Firquet. L’équipe 2, bien au chaud en milieu de tableau de sa poule de DHR, est qualifiée pour la demi-finale de la Coupe du Var. Les U17, emmenés par le jeune international français Eliott Otmani, ont remporté leur championnat de Ligue DH, et accèdent la saison prochaine au championnat National.
Enfin, les U11, seuls représentants français au grand tournoi international organisé par l’Inter de Milan lors du week-end de Pâques, ont rapporté le trophée sur la Rade après avoir battu les hôtes en finale. Reçus le 2 juin 2011 par Hubert Falco, les supporters du STV s’en remettent à leur élu pour organiser le sauvetage de leur club, dont les dirigeants sont convoqués en mairie le 8 juin.


Le club a fait appel de sa relégation administrative. Espérons que cet appel sera mieux entendu que ceux, désespérés, des supporters du STV. Ils ne demandent pourtant que du football, et ne comprennent toujours pas comment leur club – dont l’identité et les supporters survivent aux crises, dans une si grande agglomération, et avec un soutien réel des pouvoirs publics et des partenaires privés locaux – ne réussit pas à s’offrir une gestion cohérente qui permette de gravir les échelons et de remplir Bon Rencontre. Surtout là où ils voient Arles-Avignon, Thonon-Gaillard ou Dijon réussir.

2] Le STV est dans une situation singulière où les "socios" sont en fait les contribuables: ville, communauté d’agglomération et région subventionnent le club à hauteur de plus de 600.000 euros par an, soit plus de la moitié du budget du club (évalué à 1,1 million d’euros).
[3] Quant ils ne fuient pas précocement: le prodige annoncé Habib Oueslati, 12 ans, a été recruté par l’OL en septembre 2010.
Pascal Bataillé président sans le vouloir ?

Depuis, Alain Bencivengo s’est détaché du club tout en restant majoritaire alors que Pascal Bataillé en a repris la présidence en 2009. Pourtant, ce scénario n’était pas celui prévu. L’idée de Pascal Bataillé était de créer un club des partenaires, le Cercle 83, pour fédérer les chefs d’entreprises locaux. Et puis, en 2009, il a été propulsé au poste de président « à cause de ma position et de mes relations », dit-il. Pendant un an et demi, il cherche ses marques, Alain Bencivengo prenant du recul et lui laissant, semble-t-il prendre les décisions concernant le recrutement et l’organisation. Il use de toute son énergie pour faire survivre le club et produit un gros travail au niveau des jeunes par une politique adaptée. Elle fonctionne. Les U17 (moins de 17 ans) montent en National. « Nous sommes le seul club varois à avoir un club en National » nous dit-il avec fierté. Alors, la question financière revient : Où en est-on ? Pascal Bataillé admet : « C’est vrai qu’avec la concurrence du RCT, il est difficile de faire venir le public et les sponsors tant que nous sommes en CFA. Il est vrai que nous avons réduit les dépenses tout en continuant à chercher des partenaires » et il rajoute : « Beaucoup de rumeurs ont courues en début d’année. Le groupe en a été très perturbé et les résultats sportifs depuis janvier s’en sont ressentis. En début de saison, tout allait bien, on était des dieux. Quand ça va mal, on est à jeter ». Selon lui, un protocole serait signé sur le rachat des parts, mais la discussion serait toujours en cours sur les modalités et la reprise des parts.



Quand on lui parle du devenir du football toulonnais au travers du STV, il nous donne son avis : « le foot a toujours sa place à Toulon. L’avenir passe par les jeunes et il faut convaincre la DNCG (contrôle de gestion de la fédération) que nous pouvons pérenniser le club dans le temps. Toulon est une terre de formation des jeunes. Ce que nous avons réussi avec les U17, nous voulons le faire avec l’équipe première. Malgré tous ces espoirs, je ne peux pas y arriver seul. Il me faut un coup de main ».
Les clubs de supporters en souffrance

Gérald, ancien président des Fedelissimi, a jeté l’éponge il y a quelques mois et ne comprend plus la situation : « Il y a 8 mois, Alain Bencivengo était le vilain petit canard et 6 mois plus tard, c’était un héros. C’est incompréhensible, tout comme le déchirement des clubs de supporters. C’est maintenant qu’ils devraient être unis et c’est tout le contraire qui se passe ». Interrogé sur son départ des Fedelissimi, il répond : « Le club a perdu son identité, même chez les supporters. Avec les années, les gens se sont lassés de toutes ces histoires, des résultats et de toute cette ambiance. Pascal Bataillé ? Il a fait ce qu’il pouvait et je comprends qu’il soit usé et découragé. Comment pourrait-il en être autrement dans sa position ! Pour moi, si le club en est là, c’est à cause de sa mauvaise gestion ».
Nicolas Rouvre, président des ‘Socios’ (supporters actionnaires du club) précise : « La position des socios n’est pas facile. Nous n’avons pas de poids financier donc pas de moyen de pression. Il nous reste l’effet du nombre ». Il est encore optimiste pour l’avenir du club mais une grande question demeure : qui va rajouter de l’argent ? Pour lui, chacun doit prendre ses responsabilités sous peine de tout perdre. Derrière cette affirmation revient la vente des parts du club qui n’est toujours pas réglée entre Alain Bencivengo et Pascal Bataillé. « Le club ne peut pas avoir deux dirigeants. Nous avons essayé de relancer la communication entre les deux hommes. Ça semble avoir porté ses fruits » nous dit-il. Pour autant, Nicolas Rouvre reste solidaire avec eux : « Quand j’entends dire que les dirigeants doivent partir, je ne suis pas d’accord. Je ne suis pas partisan de dire : ‘ on casse tout et on repart à zéro’, c’est dangereux » et il rajoute : « A la place de monsieur Bataillé, beaucoup seraient partis ». Alors, quels sont les atouts et l’avenir du club ? Son public, sa culture, son histoire, mais aussi le capital d’image et les bons résultats des jeunes sont les atouts du Sporting. Nicolas Rouvre demande le retour de la sérénité qui depuis trois ans perturbe le mental des joueurs et ajoute : « Si on veut avoir des ambitions, nous ne pouvons pas compter que sur les jeunes. Il faut par contre leur donner réellement leur chance en leur apportant un signal fort, c’est-à-dire les faire jouer un peu plus qu’un quart d’heure par ci par là, c’est nécessaire et vital. Il faut mixer l’expérience des anciens et la fougue des jeunes ». Il conclut : « Rien n’est perdu, même pour la fin de saison. Les choses doivent se régler entre hommes. ‘Ils’ doivent trouver un compromis ».
Quel avenir ?

La 15ème ville de France est bien loin d’être à ce niveau dans le football hexagonal, la faute à qui ? Le rugby a-t-il ‘mangé’ toutes les ressources et rassemblé toutes les passions toulonnaises ? Entre Marseille, Monaco et Nice, y-a-t-il une place pour un club varois ? Que ce soient les dirigeants ou les supporters, ils semblent encore y croire. Il serait dommage de penser que seul l’argent fait la loi dans ce sport. La passion du football à Toulon existe encore. Selon nos dernières informations, non seulement Alain Bencivengo aurait officiellement laissé ses parts sans contrepartie financière immédiate, mais un plan de redressement interne serait prévu sur 3 ans pour sauver le STV, l’aider à se stabiliser économiquement et repartir à l’assaut de la D2. Guillaume Deville, responsable des jeunes est réaliste : « A l’heure qu’il est, le plus important ce ne sont pas les résultats de l’équipe première, c’est de sauver le club… C’est aussi de continuer sur la formation sportive prodiguée par des éducateurs de qualité, qui à moyen terme permettra de capitaliser au niveau de l’équipe première… Nous n’inventons rien, simplement « consolider les fondations de l’édifice Sporting », et actuellement les personnes concernées bossent sur ce plan ».
Aujourd’hui, les résultats des jeunes parlent en ce sens, et cette lueur d’espoir éclaire lesAzur et Or. Le président a lancé un appel de détresse. Espérons qu’il sera entendu… et que les supporters auront encore de la patience.


Interrogé très brièvement, Alain Bencivengo en partance n’a pu nous répondre. Il devrait dès son retour nous donner toutes les réponses à nos questions et surtout, son point de vue.
Dernière minute : Nous croyons savoir qu’il y aurait peut-être l’arrivée d’un repreneur toulonnais à l’assise financière importante, avec un plan sur plusieurs années et que des pourparlers auraient été engagés avec les actionnaires d’aujourd’hui.
Tous sur ceux qui à motivé la DNCG de nous rétrogradé en DHR.

- Des documents juridiques ont été produits établissant un redressement des états financiers sur le dernier semestre d'exercice en grande partie dû a de significatives mesures d'économies sur les dépenses. Un accord de rééchelonnement de la dette fiscale du club auprès de l'URSSAF a été conclu et produit ainsi que des engagements financiers des collectivités locales


- En outre, le bilan de l'association contient à son actif une importante créance de l'IVFMF. Le président de l'association estime faire apprécier cette créance au vu des garanties de remboursement données par l'IVFMF plutôt que de la faire déprécier des comptes de l'association comme l'estime la DNCG en vertu d'un principe comptable de prudence, le créancier étant présumé ne pas être en mesure d'honorer sa dette vis à vis du STV.


- Enfin le litige prud'homal opposant Patrick Storai au STV n'a pas pu être tranché en première instance au motif de la difficulté des juges a établir les responsabilités des uns et des autres. Une procédure de renvoi a été mis en place...

La DNCG a eu les boules de se faire rouler dans la farine, ils ont sanctionné comment s'en étonner!!!!
Pour couronner le tout ils ont menti a cette organisme (augmentation du capital, rachat des parts promises non effectuées, cachoteries sur la situation du bilan comptable et etc........
Pauvre club nous méritons tellement mieux............


Dernière édition par Selmac le Ven 1 Juil - 11:50, édité 1 fois
 

Le Sporting interdit de compétition nationale !

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Du côté de la rascasse :: Saison 2012/2013 :: 
-
Sauter vers: