AccueilPortailGalerieFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Angers : Le président Bernard en garde à vue

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Selmac

avatar

Nombre de messages : 4962
Date d'inscription : 24/08/2005

09022011
MessageAngers : Le président Bernard en garde à vue

C'est une drôle d'information que nous révèlent nos confrères de Ouest-France ce mercredi.



En effet, le président d'Angers, Willy Bernard, est actuellement en garde à vue alors qu'il est soupçonné d'une ou plusieurs infractions financières. L'actionnaire majoritaire du SCO, qu'il a racheté juin en 2006, dirige en parallèle une entreprise spécialisée dans la photovoltaïque.



Et des mouvements financiers suspects auraient pu avoir lieu entre la société et le club de Ligue 2. Willy Bernard sera donc entendu afin d'éclaircir toute cette histoire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

 Sujets similaires

-
» BRM 1000 - La Garde - 11 septembre 2010
» Le Garage du Président Tchétchène
» (Angers) Le ticket de bus augmente, les usagers râlent…
» Zone experimentale de radar fixe à Angers sur A87
» Ma Golf MK3 Cab 2.0 avant garde
Partager cet article sur : Excite BookmarksDiggRedditDel.icio.usGoogleLiveSlashdotNetscapeTechnoratiStumbleUponNewsvineFurlYahooSmarking

Angers : Le président Bernard en garde à vue :: Commentaires

Le capital augmenté de 500 000 euros


La bonne nouvelle est tombée mardi à l'issue de l'assemblée générale du club : le capital d'Angers SCO va connaître une augmentation de l'ordre de 500 000 euros. Willy Bernard, le président de l'écurie de Ligue 2, a confié ceci à nos confrères de Ouest-France : "L'assemblée générale s'est très bien passée. J'ai déposé une garantie de 500 000 euros auprès de l'administrateur judiciaire, Me Rousseau. L'augmentation de capital est ouverte. Les actionnaires ont jusqu'au 25 août pour investir financièrement dans le club." Le 6 juillet dernier, les quatre investisseurs locaux avaient indiqué qu'ils étaient prêts à suivre cette augmentation de capital. Il ne manque plus que les actes désormais.
Angers sauvé, sera en Ligue 2

Le SCO Angers qui avait été rétrogradé en première instance par la DNCG est finalement sauvé en appel. La DNCG sanctionne tout de même le club en le plaçant sous recrutement contrôlé. Une décision contaignante mais l'essentiel est sauf pour les supporters du SCO, ils joueront en Ligue 2 la saison prochaine.
Angers rétrogradé en National



Après Tours, c'est Angers qui se voit rétrograder par la DNCG en National. Le SCO a fait appel de cette décision indique L'Equipe. Le manager général du club, Olivier Pickeu espérait hier rassurer très vite tout le monde. Vannes puis Nîmes sont les équipes pouvant être potentiellement repêchés en cas de descente confirmée après l'appel devant la DNCG de Tours et Angers.
Angers et Tours en danger ?

Les décisions de la DNCG pro se font toujours attendre. D'après le courrier de l'Ouest deux clubs de Ligue 2 seraient en danger.L'un d'entre eux est connu depuis plusieurs jours même si de nouveaux actionnaires devraient remédier aux problèmes, c'est Angers. Pour l'autre c'est plutôt une surprise puisque nos confrères citent le club de Tours. Quoiqu'il en soit, si la FFF communique rapidement les décisions de la DNCG, ceux de la LFP commencent à se faire attendre, alimentant ainsi les rumeurs les plus folles.
Angers : Devant la DNCG le 29 juin prochain

Cela semblait mal parti mais finalement, il a eu ce qu'il souhaitait : le SCO d'Angers a obtenu un nouveau report de son audition devant la DNCG. Les dirigeants du club de Ligue 2 auront donc jusqu'au 29 juin prochain pour trouver une solution au déficit et présenter des comptes à l'équilibre au gendarme financier de la Ligue. Rappelons que le SCO devait être auditionné dans un premier temps le 9 juin, avant que l'audience ne soit reportée à aujourd'hui 21 juin. Désormais, tous les regards seront tournés vers le 29 juin.


La majorité pour les investisseurs locaux?

Ces derniers temps à Angers, c'est l'extra-sportif qui prime. Tout d'abord parce que Willy Bernard, le président du SCO, souhaitait vendre le club cet été. Un groupe belge, puis un autre, suisse, avaient fait les gros titres... avant que le boss angevin ne décide de faire machine arrière en stoppant le processus de vente. Mais, noveau rebondissement relaté par Ouest-France, c'est désormais un groupe d'investisseurs locaux qui pourrait prendre le pouvoir à Angers. En effet, un quatuor composé de Jean-Pierre Benoist, Bernard Blot, Luc Germond et Régis Vincenot vient d'obtenir gain de cause et de récupérer 25,68% des parts de la SASP, ce qui porte son total à 45,68%. Or, 6,8% cédés à Willy Bernard par Loft font débat. Et si les investisseurs locaux parviennent à annuler cette transaction, ils se retrouveront en majorité à la tête du SCO.
Le club n'est plus à vendre



C'est ce que l'on appelle un joli revirement de situation : le club d'Angers, qui semblait promis à la vente depuis quelque temps, va finalement rester sous la présidence de Willy Bernard. Le président du SCO s'est exprimé ainsi devant nos confrères de Ouest-France : "Le club n'est plus à vendre. C'est définitf. Il n'y a pas eu une offre sérieuse. Le mandataire angevin du groupe suisse nous a pris pour des c...", a-t-il expliqué. Il faut dire que le mandataire en question, Emmanuel Linget, fait actuellement l'objet de plaintes pour escroquerie. Willy Bernard se présentera donc devant la DNCG mardi prochain afin de défendre le budget du SCO en vue de la saison prochaine.
Le club racheté par un groupe suisse?

Ce n'est plus un secret pour personne, le club d'Angers va être racheté cet été. Reste à savoir par qui. Après un groupe belge et un projet mené par Joël Cantona, pour ne citer qu'eux, Ouest-France révèle qu'un fonds d'investissement suisse tiendrait actuellement la corde pour prendre les commandes du SCO de façon imminente. Et même si rien n'est encore acté pour le moment, tout devrait se décanter dans le courant de la semaine. Pour l'anecdote, si le projet hélvète est validé, il sera piloté par Emmanuel Linget, possible futur président du SCO et... Angevin! Hasard le plus total? Pas vraiment.
Willy Bernard déclaré coupable


Willy Bernard (à gauche) ne pourra plus gérer d'entreprise et ce pour une durée de 5 ans.

C'est en tout début d'après-midi que le Tribunal Correctionnel d'Angers a rendu son verdict. Willy Bernard, accusé d'abus de biens sociaux, a été déclaré coupable. Il devra donc verser 200 000 euros d'amende et a été condamné à deux ans d'emprisonnement avec sursis avec mise à l'épreuve, alors que six mois de prison ferme avait été requis dans un premier temps. Surtout, le président d'Angers SCO a été condamné à l'interdiction de gérer une entreprise pendant cinq ans. Dans des propos relayés par Le Courrier de l'Ouest, l'avocat de Willy Bernard a indiqué que "les discussions sont en cours pour la vente du SCO avec plusieurs repreneurs", alors que l'intéressé compte faire appel de la sanction. Quoi qu'il en soit, il semblerait que ce soit la fin d'une époque pour le SCO.

Cantona à Angers !

Après la mise en vente officieuse d'Angers, pensionnaire de Ligue 2, et l'éventuel rachat d'un repreneur belge, la famille Cantona contre-attaque après une offre on ne peut plus officielle.



Mercredi, Ouest-France a révélé l'offre de rachat d'un entrepreneur belge qui a proposé 2,2 millionq d'euros à Willy Bernard, président et propriétaire du SCO Angers (Ligue 2). Avant cette offre, un groupement d'entrepreneurs locaux avaient proposé un million d'euro, ce que Willy Bernard avait refusé.

Aujourd'hui, c'est une nouvelle piste sérieuse qu'évoque le quotidien régionale. Interrogé par Ouest-France, Joël Cantona explique en effet avoir proposé 1,5 million d'euros à Willy Bernard pour le rachat de ses parts (51%). "Oui, je suis intéressé, explique Joël Cantona, frère d'Eric et ancien jouer de l'OM. J'ai appelé jeudi Willy Bernard ainsi qu'Olivier Pickeu. J'attends désormais qu'ils me rappelent."
Un groupe belge propriétaire du SCO?



C'est une information pour le moins surprenante que révèle Ouest-France ce jeudi. En effet, le club d'Angers devrait être vendu à un groupe belge sous quinze jours! Concrètement, Willy Bernard, l'actuellement président du SCO, devrait vendre les 51% du club qu'il possède, pour la somme de 2,2 millions d'euros. Une première offre "interne" d'un million d'euros avait été faite il y a quelque temps, mais elle avait été jugée "ridicule" par le boss angevin. Cette fois, la somme semble lui convenir et la vente devrait intervenir avant la fin du mois.
Willy Bernard à la rencontre des joueurs

Désormais libre de tout mouvement, notamment en ce qui concerne les contacts avec les membres du SCO, le président du club d'Angers Willy Bernard en a profité pour venir à la rencontre des dirigeants et des joueurs lundi dernier, rapporte Ouest-France. Le boss angevin aurait tenté d'apaiser les tensions et de rassurer tout le monde au club afin de se reconcentrer vers l'objectif du SCO, c'est-à-dire, outre le maintien pas encore acquis mais presque, la demi-finale de Coupe de France face au Paris Saint-Germain (Ligue 1) qui aura lieu la semaine prochaine à Jean-Bouin.
Le président d'Angers risque la prison



Deux ans de prison, dont dix-huit mois avec sursis, ont été requis vendredi contre Willy Bernard, le président du SCO d'Angers (photo Presse-Sports), à l'occasion de son procès pour abus de biens sociaux et faux en écriture devant le tribunal correctionnel de la ville. La réquisition présentée par l'avocat général Guirec Le Bras comporte également une interdiction de gérer de cinq ans à l'encontre du patron de la société NextGeneration, spécialisée dans le photovoltaïque. La plaidorie de la défense a commencé vendredi soir après plus près de huit heures de débats. Elle devait plaider la relaxe complète de son client
La Ville n'a plus confiance en Willy Bernard

Si sur le terrain, tout va pour le mieux et ce depuis plusieurs semaines, en coulisse, le SCO Angers est peut-être en train de vivre l'une des périodes les plus sombres de son histoire. Son président, Willy Bernard, est toujours dans le collimateur des autorités, et même s'il tente de se défendre, tout porte à croire que cette affaire aura de lourdes conséquences sur l'avenir du SCO. A commencer par la confiance -et les subventions - accordées par la Ville d'Angers à son club de foot. Interrogé par Ouest-France, l'adjoint aux sports Michel Houdbine a clairement indiqué que "la confiance entre la Ville et Willy Bernard était rompue" et n'a pas caché son désir de voir arriver un repreneur. Quel avenir pour le club de Ligue 2?
Le prochain budget sera plus serré

Malgré l'atmosphère pesante qui entourait le club toute la semaine dernière, Angers est parvenu à aller s'imposer du côté de Sedan le week-end dernier (1-0). Néanmoins, ce n'est pas pour autant que le SCO peut envisager son avenir extra-sportif avec un large sourire. En effet, comme l'indiquent nos confrères de Ouest-France ce mardi, le club de Ligue 2 devrait tabler sur un budget plus serré la saison prochaine.

La raison principale? Une baisse de subvention de la municipalité de 600 000 à 100 000 euros, soit une division par six des fonds alloués au SCO, rien que ça. L'éclaircie viendra peut-être d'une qualification en demi-finale de la Coupe de France, qui aurait des retombées économiques loin d'être négligeables. Encore faut-il passer l'obstacle Chambéry. Il sera ensuite temps, en fin de saison, de s'attaquer à un autre gros morceau, celui du passage devant la DNCG...
«Je n'ai jamais spolié le SCO» se défend Willy Bernard, le président d'Angers (L2) dans un entretien à L'Equipe, samedi. Actionnaire majoritaire du club depuis 2006, il est soupçonné d'abus de biens sociaux, d'abus de crédit et de faux en écriture. Le jeune entrepreneur (32 ans) a passé 48 heures en garde à vue cette semaine avant d'être convoqué devant le tribunal correctionnel d'Angers le 8 avril. Interrogé sur la santé du club, actuel 14e de L2, M. Bernard se veut rassurant. «Les joueurs n'ont pas à s'inquiéter. Les finances du club vont très bien». Le SCO joue à Sedan à 15h00 (23e journée).
Un administrateur judiciaire à Angers



Suite à la décision du parquet d'Angers de convoquer Willy Bernard, le président d'Angers, devant le tribunal correctionnel le 8 avril prochain pour répondre d'«abus de biens sociaux, abus de crédit et faux» en écriture, un administrateur judiciaire provisoire a été nommé pour gérer le club. Le parquet avait en effet indiqué jeudi avoir demandé au tribunal de commerce de statuer sur une éventuelle interdiction de gérer à l'encontre de M. Bernard
Bernard déféré au parquet d'Angers

Le président du SCO d'Angers, Willy Bernard, a été déféré au parquet d'Angers ce jeudi à la suite de sa garde à vue dans le cadre d'une enquête sur de possibles abus de biens sociaux. Son frère Jonathan et le manager du club, Olivier Pickeu, ont quant à eux été remis en liberté jeudi midi à l'issue de leur garde à vue débutée mercredi.

Interpellé à Paris, Willy Bernard (32 ans), qui dirige une entreprise spécialisée dans le photovoltaïque basée dans la capitale, avait été placé en garde à vue mardi soir dans les locaux de la brigade financière à Angers. Bernard est soupçonné d'une ou plusieurs infractions financières : il s'agit «d'abus de biens sociaux principalement puisés dans les caisses du club soit au profit des sociétés qu'il gère, soit à son profit personnel», selon une source judiciaire. Le préjudice global pour le club porterait sur «1,35 million d'euros», sur lesquels une somme de 700 000 euros aurait déjà été remboursée, selon cette source judiciaire.
Le manager général aussi en garde à vue

Décidément, la semaine aura été chargée en coulisse du côté du SCO Angers. En effet, alors que l'équipe entraînée par Jean-Louis Garcia s'apprête à aller défier Sedan ce samedi, le club traverse une période délicate. Hier mercredi,le président du SCO, Willy Bernard, avait été placé en garde à vue la veille au soir.



Et alors que cette dernière a été prolongée de 24 heures pour le boss angevin, c'est un autre membre du staff, le manager général en l'occurrence, Olivier Pickeu, qui a lui aussi été placé en garde à vue. Le frère de Willy Bernard, Jonathan, a eu droit au même sort. Des "abus de biens sociaux, principalement puisés dans les caisses du club, soit au profit des sociétés qu'il gère, soit à son profit personnel", pourraient être reprochés au président du SCO, selon une source judiciaire reprise par L'Equipe.
La garde à vue du président du SCO d'Angers, Willy Bernard, a été prolongée de 24 heures, dans le cadre d'une enquête sur de possibles abus de biens sociaux, ont indiqué des sources proches de l'enquête. Deux autres personnes ont également été placées en garde à vue : le frère du président, Jonathan, et le manageur du club, Olivier Pickeu, 40 ans. Willy Bernard est soupçonné d'une ou plusieurs infractions financières : il y a soupçon "d'abus de biens sociaux" soit "au profit des sociétés qu'il gère", soit "à son profit personnel", selon une source judiciaire. Le préjudice global porterait sur "1,35 M EUR", sur lequel une somme de 700.000 euros
La belle épopée d'Angers SCO, qualifié pour les quarts de finale de la Coupe de France sera-t-elle ternie par les démêlés judiciaires de son président, Willy Bernard ? la question mérite d'être posée après que ce dernier a été placé mardi soir en garde à vue dans les locaux de la brigade financière du Service régional de police judiciaire (SRPJ) d'Angers, rapporte Ouest-France. Selon le quotidien régional, Bernard, actionnaire à 51% du SCO, dont il a pris la présidence en 2006, serait soupçonné de malversations, qui auraient conduit à des mouvements financiers suspects entre le club et la société qu'il dirige, spécialisée dans la récupération d'énergie photovoltaïque.
 

Angers : Le président Bernard en garde à vue

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Du côté de la rascasse :: Saison 2012/2013 :: 
-
Sauter vers: